NBA Strategy

L’avis de NBA Strategy sur l’avenir des Nets !


Difficile de parler des Nets actuel, sans évoquer le pari raté de Mikhaïl Prokhorov, sans parler de cet effectif pléthorique assemblé pour la saison 2013/2014. Deron Williams – Joe Johnson – Paul Pierce – Kevin Garnett – Brook Lopez ensemble sur le terrain, Andreï Kirilenko sur le bancLe pari était risqué, mais le talent était phénoménal, irradiant la salle à chaque entrée. Pourtant, comme souvent dans le basket, trop de talents n’est pas synonyme de réussite, et l’équipe a déçu. Taillée pour le titre, rien de moins, elle n’a pas rencontré les attentes.

Notre but ici, ne sera pas de détailler les raisons de cet échec, elles ont déjà été évoquées à maintes reprises. Toujours est-il, que de cet effectif 5 étoiles, il ne reste aujourd’hui plus que deux joueurs : Joe Johnson et Brook Lopez, resigné cet été pour 63 millions sur 3 ans. Direction la reconstruction.

La situation globale 

Pour commencer, nous allons établir le point qui rend la tâche de reconstruction extrêmement compliquée pour les dirigeants de Nets. Héritage des nombreux trade réalisés par la franchise, cette dernière manque terriblement de tours de draft. Elle n’a plus de 1er tour avant 2019 ! Quant aux seconds tours, le prochain sera celui de Boston en 2017. La franchise n’a donc pas d’autres choix. Elle doit soit donner des joueurs pour récupérer des choix, ou faire sans. Dès lors, cela pousse cette dernière à adapter sa stratégie. A priori, elle n’est pas en position de récupérer des choix de Drafts, elle va donc devoir passer par le marché, et avoir le nez creux pour trouver des joueurs que les autres franchises délaissent pour garnir leur banc.

Nous assumerons donc que le retour des Nets passe par le marché des agents libres, et des échanges bien sentis.

Comme mentionné lors de mon dernier article, la NBA est sur le point de connaître une révolution de son macro-environnement : l’augmentation à venir du salary cap. Ce dernier fera un “bond de 68M (2015/2016) à 89M (2016/2017), puis passera à 108M (2017/2018)”.

De manière a avoir une visibilité commune , voici un résumé de la situation financière des Nets réalisé par http://www.basketball-reference.com

Cette augmentation du salary cap est une opportunité énorme pour la franchise, puisqu’il arrivera en même temps que le terme du contrat pharaonique de Joe Johnson frôlant les 25M cette saison. Pour faciliter cette transition, la franchise s’est aussi affranchie du contrat de Deron Williams en l’étalant sur 5 saisons : 5,5M par an. En somme, la franchise se retrouvera avec au moins 30 Millions d’enveloppe pour recruter cet été. Cette somme pourrait augmenter ou diminuer en fonction des mouvements éventuels : échanges et options de contrats (joueurs et équipes).

Par où commencer ? 

La vraie question à l’heure actuelle pour les Nets, serait plutôt, qu’est-ce qui n’est pas à refaire ? Selon moi, la vraie valeur ajoutée de l’équipe dans son état actuel, c’est bien son secteur intérieur. D’un côté, Thaddeus Young, fraîchement prolongé, de l’autre côté, Brook Lopez, à qui la confiance a été renouvelée. L’un, Ailier Fort de devoir, solide défenseur, très adaptable. L’autre, un pivot offensif très technique, capable de dissuader malgré son manque de qualités athlétiques. Ils sont probablement à l’heure actuelle les deux seuls joueurs à faire parti à coup sûr de l’avenir des Nets dans l’esprit des dirigeants. Ils peuvent devenir vraiment complémentaire, sont encore jeunes et en bonne santé peuvent faire des dégâts. Autre petit atout, l’équipe possède, une flopée de jeunes joueurs. Pas de quoi trouver un franchise player – ni même un All-Star, mais cette saison sera l’occasion de développer des jeunes joueurs tels que Sergeï Karasev – qui pourraient devenir de solides role-player.

En revanche, le front office des Nets va devoir répondre à diverses questions. Tout d’abord, comment redonner des couleurs à la mène de la franchise ? Jarett Jack est un bon joueur, mais il a plutôt le profil d’un leader de banc et à 31 ans, il n’a rien d’un joueur d’avenir ou qui arrive à maturité. De ce fait, la franchise doit chercher des opportunités, du côté de la free agency deux cibles semblent abordables : la première étant Rajon Rondo qui pourrait chercher un plus gros salaire, la seconde – Brandon Jennings, qui ne devrait pas faire de vieux os du côté de Detroit avec la prise de pouvoir de Reggie Jackson.

Autre possibilité, aller chercher un meneur remplaçant, capable de prendre une autre dimension et émettant l’envie de s’imposer (comme Reggie Jackson la saison passée). Difficilement récupérable cette saison, la franchise de Brooklyn devra quand même se placer sur le dossier Dennis Schröeder, qui semble avoir les épaules pour mener une franchise.

Le secteur extérieur dans sa globalité est en fait à refaire. Au poste d’arrière, le flou persiste. Joe Johnson souvent critiqué pour son salaire, n’en reste pas moins un très bon joueur et la franchise gagnerait sûrement à le conserver un petit peu, néanmoins âgé de 34 ans, il pourrait avoir des envies d’ailleurs. Or malgré le faible nombre de stars au poste 2, il se pourrait bien qu’il y ait un véritable coup à jouer du côté des agents libres, puisque de nombreux talents seront disponibles. Si certains semblent difficilement accessibles (Bradley Beal, D-Wade, Kobe Bryant…), il semble imaginable d’attirer des joueurs solides tels que DeMar Derozan, Lance Stephenson, Aaron Afflalo ou Gerald Henderson. Tenter Eric Gordon ne semble pas une bonne idée, notamment sous les ordres de Lionel Hollins, qui recherche des défenseurs solides. De plus, il est plus sujet aux blessures que les autres joueurs suscités. Henderson et Derozan me semblent les deux cibles les plus intelligentes, et c’est peut-être de ce côté que la franchise devrait tenter de dépenser ses deniers l’été prochain. D’une moins une part importante. Si la franchise arrivait à acquérir un arrière de qualité, il serait d’autant plus intéressant de conserver Joe Johnson pour le décaler à l’Aile.

La première étape pour les Nets doit être de reconstruire son cinq de départ, mais avec précautions. Ne pas utiliser tout son cap pour pouvoir éventuellement absorber un contrat dans un échange. Faire des choix sûrs en recrutement, on a vu ô combien il était difficile de se débarrasser de certains contrats une fois signés. Avancer oui, mais changer de management.

Que faire cette saison ?

Cette saison semble sans ambition, sur le papier. Peu d’espoir de faire parti du haut de tableau de sa conférence, pas de tours de drafts justifiant de se saborder. Il va falloir donc travailler dur, tester des joueurs et développer des talents. Surtout, viser le maximum de victoires pour envoyer un messages positif aux agents libres. Proposer un fond de jeu et une culture forte par exemple en imposant une défense rugueuse, chose que Lionel Hollins veut construire.

Sur le plan managérial, être prêt à sacrifier des éléments forts si possibilité de récupérer un talent à l’extérieur ou des tours de drafts. Jarett Jack semble être une monnaie d’échange pour la franchise, puisqu’il pourrait apporter beaucoup à équipe qui joue le titre, ou cherche à agripper les play-offs. En somme, ne pas hésiter à dégarnir un poste pour la saison en cours si cela sert l’avenir de la franchise.

Tenter des paris, quitte à donner du temps de jeu à des joueurs fraichement arriver – et espérer, comme le Heat avec Hassan Whiteside, découvrir l’une des belles surprises de cette saison.

Enfin, attendre l’intersaison suivante, et construire tranquillement un banc. La saison permettra de tester les jeunes méritant leur place dans le futur de la franchise, puis ne pas hésiter à ramener des vétérans pour cadrer l’équipe. Particulièrement à certains postes ou la franchise affiche des manques. Si l’effectif restait semblable, on pourrait par exemple citer l’absence de pivots de métiers sur le banc de Brooklyn.

Ainsi, une longue route attend les Nets, un processus qui nécessitera beaucoup d’opportunisme de la part des dirigeants. En espérant qu’à l’image de Daryl Morey et ses Rockets, les troupes de Brooklyn sachent trouver les mots justes pour convaincre leurs homologues.

Ainsi, une longue route attend les Nets, un processus qui nécessitera bead’opportunisme de la part des dirigeants. En espérant qu’à l’image de Daryl Morey et ses Rockets, les troupes de Brooklyn sachent trouver les mots justes pour

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s