Actu

Au fait, il ressemble à quoi le roster des Nets cette saison ?

img_2410Après une énième saison compliquée durant laquelle nous avons été moqué par la sphère NBA, notre cher proprio russe a enfin compris que sa folie des grandeurs ne rimait à rien et à décidé de remettre de l’ordre dans la boutique.

La première étape a été effectué en mars dernier en remerciant le très gentil mais incompétent Billy King (OUI ENFIN !). Et pour le remplacer Prokorov a pris 2 bons mois de réflexion et a décidé de faire confiance au désormais ex-assistant GM des Spurs : Sean Marks. À peine arrivé, le néo-zélandais avait pour mission de trouver un coach capable d’apporter une identité de jeu aux Nets et a pour cela choisi Kenny Atkinson. L’ancien assistant coach des Hawks d’Atlanta vivra sa première saison comme head coach et aura à cœur de prouver qu’il peut coacher en NBA.

Après plusieurs mouvements en cours de saison dernière (Joe « Iso » Johnson et Bargnani coupés), cette Free-agency 2016 était donc la première vraie occasion pour Marks de façonner l’effectif qui sera mis à disposition de l’ancien assistant coach des Hawks d’Atlanta.

La franchise new-yorkaise aura eu droit à un vrai dégraissage au niveau du roster cet été avec pas moins de 9 départs ! Il s’agissait pour la plupart de role players, mais aussi d’un titulaire en la personne de Thaddeus Young pour Indiana, départ un peu surprise il faut l’avouer.

OUT : Jack, Larkin, Brown, Young, Reed, T-Rob, Sloan, Sims et Karasev.

IN : Lin, LeVert, Whitehead, Vasquez, Harris, Booker, Foye, Scola, Bennett, Beech, Mockevicius et Ferrell.

Le premier objectif était d’offrir à Brooklyn le meneur qu’il mérite ! Un mec capable de mener la franchise et disposant d’une solide expérience NBA. Rôle confié à Jeremy Lin ! Du haut de ses 6 saisons dans la grande Ligue, l’ex meneur des Hornets fait son retour à New-York et signe un contrat de 3 ans pour 30M d’$. Pour le seconder, Marks a décidé d’offrir un contrat d’un an au vénézuélien Greivis Vasquez (ex-Bucks).

Notre troisième meneur sera le rookie Isaiah Whitehead. Durant ces deux saisons NCAA, l’ex-meneur de Seton Hall tournait à 15,8 PPG (37,5% FG et 36% 3PT), 4,5 passes et 4 rebonds. Il sera en concurrence avec Vasquez et devra se donner à fond pour espérer gagner les moindres minutes.

Pour ce qui est du poste d’arrière, nous disposons déjà de Bogdanovic et Sean Kilpatrick. Étincelant avec sa sélection aux JO de Rio et enfin débarrassé de Joe Johnson en première option offensive, l’arrière Croate va enfin pouvoir exploiter tout son talent dans la banlieue New-Yorkaise. Arrivé de D-League, dont il était le meilleur scoreur, Sean Kilpatrick a confirmé les espoirs placés en lui et a prouvé son adresse au tir longue distance, et sa capacité à prendre feu à tout moment. La 3ème option au poste d’arrière sera Joe Harris. Souvent blessé, l’ex-Cavs est revanchard et c’est bien sur ce point que compte le staff.

L’ailier titulaire devrait être Rondae Hollis-Jefferson. Enfin remis de sa blessure à une cheville qui l’a privé d’une grosse partie de la saison dernière, le sophomore apportera sa grosse défense et continuera à emmagasiner de l’expérience à côté de joueurs expérimentés. Pour le seconder les Nets ont signé le vétéran du Thunder Randy Foye et le rookie Caris LeVert. La pression sera grande sur le jeune rookie échangé lors de la Draft contre le solide Thaddeus Young. LeVert sera attendu et devra faire mieux qu’en NCAA où il affichait une moyenne de 10,4 PPG  (40% 3PT),  3 PPG et 3,5 RPG.

Pour ce qui est du secteur intérieur, il est évident que le départ de Thaddeus Young pour Indiana (contre le 20ème choix de Draft : Caris LeVert) a affaibli la raquette. Mais pour y remédier Marks a engagé Trevor Booker et Luis Scola. L’ancien Jazz est un acharné de travail et apporte son énergie en sortie de banc. De son côté le vétéran argentin apportera son expérience dans un roster qui en manque cruellement (et son adresse à 3 pts). Du haut de ces 36 ans, Scola aura aussi comme mission encadrer le jeune et talentueux Chris McCullough. Difficile de savoir comment le temps de jeu sera réparti entre ces trois joueurs, on attendra de voir le choix fait par Atkinson mais chez Brooklyn Nets France on aime beaucoup le jeune et talentueux Chris McCullough qu’on espère voir cette saison.

Au poste de pivot, c’est l’indéboulonnable Brook Lopez, enfin libéré de ses pépins physiques depuis plus d’un an qui sera évidemment dans le cinq ! Notre franchise player aura comme back-up l’ex-nº1 et l’un des, si ce n’est LE, plus gros flop de la Draft : Anthony Bennett. Après des passages ratés à Cleveland, à Minnesota mais aussi à Toronto, le canadien qui semble avoir retrouvé un physique digne d’un sportif de haut niveau aura à cœur de prouver qu’il peut évoluer en NBA. Il avait même impressionné au trainig camp en mai parait-il ! Bon on y croit pas trop non plus ne nous emballons pas…  Justin Hamilton (passé par Miami) viendra quant à lui  compléter le roster. Le pivot évoluait la saison dernière à Valence avec Antoine Diot et fait son retour en NBA.

Il faut aussi noter les signatures du jeune meneur Yogi Ferrell, de l’arrière Beau Beech et de l’ailier fort lituanien Egidijus Mockevicius pour des contrat d’un an non garantis. Ces trois joueurs ont disputés la Summer League avec les Nets sous les ordres de Coach Atkinson et auront leurs chances lors du Training Camp. A défaut de se faire une place dans le roster ils seront sûrement envoyés en D-League dans notre nouvelle franchise des Long Island Nets.

Cinq majeur probable :

  • PG : Lin (Vasquez – Whitehead)
  • SG : Bogdanovic (Kilpatrick – Harris)
  • SF : Hollis-Jefferson (Foye – LeVert)
  • PF : Scola (Booker – McCullough)
  • C : Lopez (Hamilton – Bennett)

Bien-sûr l’effectif est faible et ne permettra pas de rivaliser a l’Est pour une place en Play-offs. Pire malgré l’arrivée de joueurs d’expérience comme Scola, Booker et Foye, le niveau de la conférence Est semble avoir augmenté, et malgré un bon mélange de jeunesse et d’expérience on va encore galérer cette saison. Mais l’objectif principal sera de voir Atkinson imposer ses principes de jeu pour gagner plus de matchs que l’an dernier (21) tout en développant nos jeunes joueurs.

Objectif très minimal mais des plus importants étant donné qu’on a aucun intérêt de tanker vu que nous devrons une nouvelle fois échanger notre choix de Draft 2017 avec les Celtics…

Par contre si la qualité de jeu est au rendez-vous et avec environ 50M d’$ de salary cap disponible l’été prochain, cela permettra sûrement à Marks et Atkinson d’attirer des FA de qualité l’été prochain pour espérer cette fois retrouver les Play-offs !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s