Avis de la rédaction

Que peut-on attendre de Timofeï Mozgov cette saison ?

NBA: Los Angeles Lakers at Portland Trail BlazersTimofeï Mozgov a rejoint depuis peu sa nouvelle famille à Brooklyn après avoir été acquis dans le trade avec les Lakers, le voyant débarquer avec D’Angelo Russell contre Brook Lopez. Le temps de digérer le départ du grand Brook, il est maintenant temps de se pencher sur ce que va pouvoir nous apporter le pivot russe ! Une arrivée qui laisse entrevoir de bonnes choses malgré quelques interrogations et des réticences que nous tenterons d’analyser ci-dessous. 

I. Les bons côtés de Mozgov !

9752915-nba-los-angeles-lakers-at-cleveland-cavaliers.jpg

Timofeï Mozgov est familier de notre coach Kenny Atkinson puisque les deux hommes se sont côtoyés du côté des Knicks lors de son arrivée dans la grande Ligue en 2010. Le russe a d’ailleurs montré beaucoup d’envie à l’idée d’intégrer un nouvel environnement avec un effectif jeune et qui a les dents longues comme celui des Nets. Malgré ses 30 ans, Mozgov est physiquement bien présent et sait s’imposer dans la peinture. Il a prouvé qu’il était capable d’évoluer avec D’Angelo Russell à Los Angeles et Atkinson prévoit d’ailleurs d’utiliser cette complémentarité pour faciliter son (leurs ?) intégration(s).

Un autre point positif avec Mozgov c’est sa volonté de se développer sous les ordres d’Atkinson, de rendre son jeu plus polyvalent surtout offensivement pour créer du rythme et des espaces à ses coéquipiers. Kenny Atkinson a l’expérience pour développer les big men en shooteur à 3PTS. L’entraîneur de Nets a poussé Brook Lopez à ajouter le shoot du parking à sa panoplie la saison dernière et en avait fait de même avec Al-Horford lorsqu’il était assistant du côté d’Atlanta. Et même si Atkinson a déclaré que cela ne signifie pas que Mozgov suivra le même chemin, il voit en lui une plus grande présence intérieure défensive que Lopez.

 » Nous pouvons nous attendre à ce que Timmy soit un peu plus proche du panier. Nous allons le mettre dans les meilleures positions pour dunker puisque c’est là qu’il se sent à l’aise.  Il sait jouer des coudes et il a un bon jumper. « 

Dernier point qui peut nous laissé espérer de bonnes choses, c’est la saison 2014/2015 du pivot russe à Cleveland lors du titre des Cavs où il était une pièce importante de l’effectif aux côtés de LeBron James et Kyrie Irving. Ses stats lors de cette saison était plus que correctes avec 10.6 points et des pourcentages intéressants (59% FG – 70% FT), 6.9 rebonds et 1.2 blocks par match en jouant 25 minutes en 46 matchs donc 45 dans le 5 majeur, dans une équipe où il n’était pas une option offensive (derrière Irving, James ou Love). De bonnes stats pour le joueur qui était arrivé de Denver en cours de saison.

II. Les interrogations autour de son jeu…

Mozgov

Timofeï Mozgov a été signé pour combler un besoin avec les Lakers la saison dernière mais n’a jamais été utilisé au maximum de ses capacités durant sa saison au Lakers… Lors de sa sixième saison dans la ligue, Mozgov affichait une moyenne de 7,4 points et 4,9 rebonds en 54 matchs pour les Lakers pour seulement 20 minutes par match dans une équipe jeune et en manque d’expérience. Il avait même été benché volontairement par Luke Walton au profit de Ivica Zubac et n’avait pas rejoué de la saison… Étrange !

Ben Golliver de Sports Illustrated avait montré de l’inquiétude au moment de sa signature au Lakers au sujet du style de jeu développé par la franchise, qu’il jugeait peu adapté à celui de Mozgov…

« La réaction initiale de nombreux observateurs était que les Lakers sont allés trop loin en lui proposant autant d’argent sur une période longue. Mozgov est un joueur lent et physique qui a eu beaucoup de succès à Cleveland avec un tempo lent pendant les Playoffs 2015, avec du jeu demi-terrain où il était libre de jouer avec LeBron James pour lui poser des écrans et d’utiliser sa taille pour finir des actions dans la raquette.

Golliver a raison d’insister que la bonne saison de Mozgov à Cleveland reposait sur l’utilisation d’un tempo lent et la capacité de Mozgov à finir en pick-and-roll avec son gros gabarit, malgré des errements défensifs qui selon lui sont flagrants.

 » Mozgov aura du mal à couvrir les faiblesses défensives de ses coéquipiers et il devra ajuster complètement son jeu aux attentes de l’équipe. « 

Alors, où est l’espoir avec Mozgov ? Souvenez vous simplement de la prise de confiance à 3 points de Brook Lopez grâce à l’entrainement spécialisé et au développement de Kenny Atkinson. Brook Lopez a connu beaucoup de succès l’année dernière à la demande d’Atkinson, inscrivant pas moins de  134 shoots à trois points alors qu’il en avait tout juste marqué deux l’année précédente et 11 en carrière.

Alors bien-sûr, il peut y avoir des opportunités pour Mozgov de développer son jeu au large, mais le rythme global des Nets pourrait rendre difficile le maintien de Mozgov sur le parquet plus de 20/25 minutes par match.. réponse fin octobre.

III. Le point noir de l’arrivée de Mozgov ?

9746661-nba-los-angeles-lakers-at-brooklyn-nets.jpg

Il semble évident que la chose la plus horrible dans l’acquisition de Timofeï Mozgov est son contrat de 64M$ sur 4 ans proposé par Mitch Kupchak, le GM des Lakers, lors de la Free Agency 2016. A quoi pensait-il pour offrir 16M$ la saison pour Mozgov ? Les Lakers ont proposé un contrat bien plus important que sa valeur réelle et afin d’être sûr d’enrôler le pivot dans leur roster, pensant que d’autres franchises seraient à même de lui proposer des sommes similaires. Mozgov a été utilisé comme une « décharge de salaire » dans le trade pré-Draft entre les Nets et les Lakers. Il était d’ailleurs le sujet principal dans l’échange avec des Lakers qui étaient pressés de monter un trade car ils souhaitaient absolument libérer du cap space pour signer Paul George sans attendre la Free Agency 2018 (qui a depuis signé du côté d’OKC).

Au cours des trois saisons à venir, Timofeï Mozgov va respectivement toucher 15,3 millions de dollars, 16 millions de dollars et 16,7 millions de dollars. Nuls doutes que les Nets feront tout ce qu’il faut pour tirer le meilleur du pivot russe, du fait de l’immensité de son contrat. Il n’est cependant pas délirant de penser que Mozgov puisse faire une saison en double double de moyenne avec 10/12 points et 10 rebonds.

Un point positif quand même ? Qui sait, peut-être qu’un contrat expirant de 16,7 millions de dollars au cours de la saison 2019-2020 intéressera de nombreuses équipes qui seront à la recherche d’un deal à ce moment là..

 

Souces : Timofey Mozgov : The good, the bad and the ugly par Chris Lavinio

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s