Actu Bilan hebdo Bilan Hebdo Saison 2017-2018

Bilan Hebdo n°15 : Des Nets en manque de résultats

Capture d_écran 2018-01-29 à 14.43.17

Après une semaine avec 2 victoires au compteur, les Nets partaient en voyage pour 3 rencontres compliquées : à OKC, puis à Milwaukee pour finir chez les Timberwolves… L’envie et l’effort suffiront-ils à arracher au moins une victoire ? C’est ce que nous allons voir tout de suite…

Mercredi 24 janvier 2018 : Brooklyn Nets @ Oklahoma City Thunder (108 – 109)

Gros challenge pour les Nets que d’aller titiller le Big Three du Thunder et leur belle série en cours (5 victoires de suite). Les Nets sont malgré tout en bonne forme, proposent un fond de jeu intéressant depuis quelques rencontres et sont forts d’une courte série de deux victoires consécutives. Suffisant pour éclipser la performance d’OKC?

  • 5 du Thunder : Westbrook, Roberson, Anthony, George, Adams
  • 5 des Nets : Dinwiddie, Crabbe, Carroll, RHJ, Zeller

L’entame de match est très disputée et étonnamment défensive de la part des deux équipes; le Thunder ne parvient pas systématiquement à capitaliser sur les rebonds offensifs qu’ils récupèrent. Seul Paul George parvient à maintenir son équipe avec 16 points à la fin du premier quart-temps. Côté Nets, la ligne arrière est plutôt active avec des bonne fulgurances de la part d’Allen Crabbe ainsi que Dinwiddie. D’Lo aura fait une rentrée timide et peine à laisser le jeu venir à lui.

Le deuxième quart-temps oppose les Second Units et c’est Joe Harris qui va s’y illustrer, très actif et ultra propre, une véritable valeur sûre pour les Nets depuis quelques temps. Brooklyn profite alors du manque de réussite côté OKC pour prendre un peu d’avance et tenter d’imposer son propre rythme à cette rencontre. Et malgré un réveil progressif de la machine Westbrook, les Nets rentrent au vestiaire avec un avance conséquente de 12 points. (47-59)

Rien n’est joué cependant, on est tous au courant du potentiel offensif du Thunder qui peut se mettre en route à tout moment.

Lors de la reprise, tout va pour le mieux; les shoots ne rentrent pas côté Thunder, et l’assise défensive des Nets n’y est pas pour rien. Les hommes de Kenny Atkinson font un match sérieux et complet. Cependant, OKC fait un retour significatif en milieu de quart-temps, et commence à recoller au score très rapidement. Kenny Atkinson doit trouver une solution pour enrailler la dynamique des hommes de Billy Donovan. S’en suit alors une tentative fructueuse de « Hack-a-Roberson », puisque ce dernier va rater ses tentatives lancers francs et sera benché par son coach dans la foulée, et ce jusqu’au terme de la rencontre. Belle inspiration de Coach Kenny puisque les Nets parviendront à récupérer cette avance qui s’était égrenée au fil de la rencontre; soit +11 au terme du troisième quart-temps (74-85).

Le plus dur reste à faire pour les Nets qui peinent globalement à « closer » leurs matches. Il faudra s’appuyer sur l’adresse de Joe Harris et le côté clutch de Spencer Dinwiddie pour espérer s’en tirer avec un excellent résultat. Mais d’entrée, Raymond Felton n’en fait qu’à sa tête et assomme les Nets avec une série de 10 points de suite! L’avance des Nets est rapetissé à 5 points, et le Thunder est sur-motivé par ce catalyseur venu de nulle part. Et si Joe Harris maintient les Nets à distance, Russell est déterminé et parvient à convertir beaucoup d’occasions en cette fin de rencontre. Les joueurs de Billy Donovan prennent les devants à 5 minutes du terme mais Jarrett Allen parvient aux siens de survivre avec un tir longue distance improbable dans le corner. 101 partout avec à peine 3 minutes à jouer. Après plusieurs changements de lead, Allen continue de se mettre en lumière avec un superbe move sous le panier, conclu par un dunk rageur. L’ambiance est électrique, et les Nets doivent s’en remettre à l’homme clutch du moment pour repasser  devant : j’ai nommé Spencer Dinwiddie, qui claque un lay-up ultra contesté avec 7 secondes restantes au chrono!

Suffisant? Hélas, c’était sans compter sur le MVP en titre en qui parvient à se frayer un chemin jusqu’au cercle (plus ou moins aidé par un superbe plaquage de Paul George sur Dinwiddie) et assassiner les Nets en plaçant la balle dans l’arceau avec 3 secondes à jouer. Les Nets ne parviendront pas à égaliser et devront s’incliner 109 à 108, malgré une belle performance et une avance tout de même considérable la majeure partie du match.

On a aimé : 

  • La régularité défensive des Nets, le coaching global de Kenny Atkinson sur la rencontre, la propreté de Joe Harris (: 19 points à 7/10)

On a pas aimé :

  • La balade de santé de PG13, l’entame du 4ème quart-temps moins sérieuse, l’avance qui se désintègre, la qualité de l’arbitrage sur les fins de matches des Nets qui à tendance à se banaliser.

 

Vendredi 26 janvier 2018 : Brooklyn Nets @ Milwaukee Bucks (91 – 116)

Un match difficile attend les Nets face aux Bucks, qui entament leur dernière ligne droite vers les playoffs. Les places sont rares, et les coéquipiers du All-Star Giannis Antetokoúnmpo, qui faisait son retour après deux matchs out, sont remontés comme des pendules pour l’occasion.

  • 5 des Bucks : Bledsoe, Snell, Middleton, Antetokoúnmpo, Henson
  • 5 des Nets : Dinwiddie, Crabbe, Caroll, Hollis-Jefferson, Zeller

C’est d’ailleurs le grec qui score en premier et lance l’offensive des cerfs. Un 8-0 dès l’entame de match plombe des Nets très attentistes. Crabbe répond, mais c’était sans compter sur un Giannis qui a prévu de faire la misère à nos joueurs ce soir. Le score se transforme en 16-2 ! Et c’est Crabbe qui répond une nouvelle fois, à 3pts et tente de sonner la révolte. Petit à petit, les Nets remontent et retrouvent un semblant de défense et placent mieux leurs attaques. Allen s’envolent pour un dunk en contre (17-10). Pendant 4:30, les Nets ne scorent plus et terminent le quart-temps avec dix-huit points de retard ! (33-15)

Le second QT est un peu meilleur (pas compliqué en même temps). Joe Harris et la second-unit entrent sur le terrain et apportent beaucoup. Harris est précieux avec notamment avec son shoot longue distance. Mais face à Giannis au four et au moulin, impossible de lutter. Le géant grec drive, shoot dans le trafic, prend le rebond sur son propre shoot et score dans la peinture et ce dans le plus grand des calmes. Les Bucks s’amusent et récitent leur basket face à des Nets désabusés. Giannis éclate le cercle sur un dunk monstrueux pour terminer le QT, et prouve que sa place au All-Star Game n’est pas volé. Pas grand chose à dire sur ce quart-temps. Ou plutôt beaucoup trop de choses à dire. Les actions faciles se multiplient pour des Bucks incroyablement facile ce soir. Allen Crabbe, 13 points à la mi-temps est le seule homme un peu dangereux côté Brooklyn. Les Nets n’ont pas réussi à remonter leur retard, et accusent cinq point de plus de retard à l’issue de ce deuxième QT : 58-35 !

Le match est déjà plié à mi-temps et encore Giannis en avait gardé sous la semelle. Sans solution, Kenny Aktinson relance tout de même Russell, mais préfère limiter Okafor qui piaffe d’impatience sur le banc.

Le QT3 est clairement à l’avantage des Nets, qui ont retrouvé de l’allant. C’est porte ouverte en défense à Milwaukee et les hommes de coach Kenny ne se privent pas. Plus agressifs, plus concentrés et beaucoup plus adroits, les new-yorkais reviennent dans ce match. Même s’il y a encore quelques sautes de concentration, le contenu est bien meilleur pour un Brooklyn transcendé. Milwaukee a du mal. Meilleur exemple avec ce contre… du cercle sur Tony Snell. La locomotive d’Angelo Russell drive (deux fois) et score puis shoot par deux fois à trois points. Les Nets recollent à 7 points et peuvent y croire.

Un problème subsiste toujours : Giannis, qui est une équipe à lui seul ! De retour sur le parquet, le grec (qui ne connait pas la crise) réveille son équipe et reprend sa cape de leader de cette franchise. Solo, il se permet d’humilier ce qui reste des Nets. Le quart-temps ressemble à un match d’entraînement où Brooklyn joue les sparrings, et qui a déjà ses pensées tournés vers le match du lendemain face à Minnesota. Au final, ce 4QT se termine par un cuisant 35-19. Score final 116-91.

Giannis termine le match avec une feuille de stat monstre : 41pts, 13rebs, 7ast, 2stl et 2blk à 70% au shoot, 100% à 3PTS et seulement 1 turnover.

On a aimé :

  • La rentrée interessante de D’Angelo Russell (14pts, 1reb) au scoring
  • Le 3eme QT bien mieux maîtrisé et plus appliqué
  • Le nombre de point (41) in the paint. 3x fois plus que les Bucks

On a pas aimé :

  • Le manque d’envie de la part des joueurs
  • La personne qui a volé le goûter de Giannis avant le match et qui a énervé l’animal.

 

Samedi 27 janvier 2018 : Brooklyn Nets @ Minnesota Timberwolves (97 – 111)

Pour la dernière rencontre de la semaine en back-to-back, les Nets ont choisi de mettre au repos D’Angelo Russell et Rondae Hollis-Jefferson. En face, Minnesota affiche un effectif complet et compte bien profiter de ce match pour se rapprocher de la 3e place de la conférence Est.

  • 5 des Nets : Dinwiddie, Crabbe, Carroll, Acy, Zeller
  • 5 des Wolves : Teague, Butler, Wiggins, Gibson, Towns

Le début de rencontre est extrêmement laborieux du côté de Brooklyn. L’idée de débuter un match de la bonne manière n’est pas vraiment quelque chose d’acquis pour les Nets depuis quelques temps… Même s’ils sont au contact des Timberwolves au bout de 6 minutes, l’attaque n’est pas au rendez-vous (seulement 8 points inscrits) et Brooklyn encaisse deux violents run : un 12-0 suivi d’un 10-3 qui offrent pas moins de 19 points d’avance à Minnesota en seulement 12 minutes : 30-11 pour les locaux après le QT1. Le manque d’adresse du QT1 va sensiblement s’inverser lors du QT2. Brooklyn encaisse 6 points d’entrée avant de se réveiller progressivement. Stauskas et Okafor mènent l’équipe qui revient petit à petit. Cependant, l’écart est tout de même large à la pause, avec 12 points d’avance pour les Loups : 54-42.

L’entame de QT3 est de bonne qualité, si bien que Brooklyn revient à 5 points de son adversaire (53-58). Sauf qu’en face, Wiggins et Towns sont bien chauds pour nous punir : les deux joueurs enchainent les paniers sans qu’Acy et Harris n’arrivent à quoi que ce soit. Revenus tout près des Wolves, les Nets voient l’écart à nouveau se creuser et passer à +13 au bout de 3 quart-temps. Minnesota gère parfaitement la suite du match, s’offrant même un confortable matelas de 19 points d’avance alors qu’il ne reste que 5 minutes à jouer. Le retour en fin de match des Nets n’est qu’anecdotique avec Whitehead qui se montre lors des minutes que lui donne Atkinson. Finalement, Brooklyn s’incline 111-97 et boucle cette 15e semaine avec 3 défaites au compteur.

On a aimé :

  • Les bonnes performances de Stauskas et Okafor : 15 points et 4 rebonds pour le premier, 21 points et 6 rebonds pour le deuxième.

On a pas aimé :

  • Le QT1 dramatique.
  • Quincy Acy  : triste performance offensive (1/6 au shoot dont 1/6 à 3PTS…) et incapable de défendre correctement sur les intérieurs des Wolves.

 

Bilan de la semaine :

  • 0 victoire – 3 défaites
  • 13ème à l’Est (-)
  • 23e bilan NBA  (18V – 32D)
  • Prochains matchs : à NY, contre les Sixers, les Lakers et les Bucks

 

Le joueur de la semaine : DeMarre Carroll une nouvelle fois

Capture d_écran 2017-11-12 à 15.10.39Statistiques de la semaine : 13PPG, 6RPG, 2,3APG

C’était le plus régulier cette semaine, et ce malgré une mauvaise réussite au tir.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s