Actu Bilan hebdo Bilan Hebdo Saison 2017-2018

Bilan Hebdo n°16 : I believe Allen fly…

Bonsoir et bienvenue sur notre 16e édition de la saison du Bilan Hebdo. Une grosse semaine au programme avec 4 matchs et surtout l’un de nos rédacteurs, Quentin, qui était présent toute la semaine à NY et qui a pu assister à tous les matchs de notre chère équipe. Dans une mauvaise passe, les Nets affrontaient cette semaine les Knicks au MSG puis 3 matchs à la maison contre les Sixers, les Lakers et le retour de Brook, et pour finir les Bucks de Milwaukee.

Mardi 30 janvier : Brooklyn Nets @ New York Knicks : 95-111

Nets @ Knicks
© Quentin. En direct du MSG

Déjà absent contre Minnesota, Rondae Hollis-Jefferson a une nouvelle fois été contraint de déclarer forfait. L’événement de la soirée c’est avant tout la première titularisation de Jarrett Allen en lieu et place de Zeller et qui vient récompenser une excellent mois de janvier pour le rookie. Dans les deux cinq, on retrouve également un joueur qui a porté le maillot adverses : Acy et Jack.

  • 5 des Knicks : Jack, Lee, Hardaway Jr., Porzingis, Kanter
  • 5 des Nets : Dinwiddie, Crabbe, Carroll, Acy, Allen

Le début de rencontre rime avec « Three points contest ». Jack est le premier a dégainé, Acy le premier à scorer derrière la ligne. Porzingis (par deux fois) et Hardaway Jr. pour New York, Crabbe et Carroll pour Brooklyn. Le jeu est assez ouvert, et les deux équipes se tiennent (13-13). Après le temps mort demandé par Kenny Atkinson, le match devient plus brouillon, et ce petit jeu fait les affaires de New York qui se détache petit à petit. en jouant de manière beaucoup plus propre. Les duel Jarrett Allen/Enes Kanter & Jarrett Allen/Kristaps Porziņģis sont assez musclés, et bien que loin d’être ridicule, le rookie ne peut rien faire face à un Kanter en feu ce soir. Coach Kenny en profite donc pour donner des minutes à Okafor mais également à James Webb III, notre two-way contract signé il y a deux semaines. Les deux équipes se contrent bien mais ce sont bien les Knicks qui sont devant à la fin du QT, avec huit points d’avance : 22-30.

Le second quart-temps confirme l’impression laissé par le premier : les Nets n’y sont pas, à la différence de leur voisin du Madison Square Garden. Le second-units des Knicks, mené par un Frank Ntilikina toujours aussi précieux en défense, assomment les Nets qui peinent à revenir dans le match. Les fautes, les erreurs de jugements et les shoots manqués s’enchaînent du côté de Brooklyn. A la moitié du quart-temps, les coéquipiers de d’Angelo Russell comptent déjà 18 points de retard ! Sans oublier un Porzingis qui continue sa balade. Un run de 11-2 permet aux noirs et blancs de revenir un peu, mais personne n’est dupe ce soir. C’est finalement le géant letton des Knicks qui va calmer tout ce petit monde avec deux shoots à trois points en fin de quart-temps : 41-61 !

La suite du match est à sens unique. Dans le troisième quart-temps, l’avance des Knicks atteint même 25 points … rien que ça ! Et la timide réaction de homme de Kenny Atkinson, assez dépité sur le banc, ne changera rien. Le petit run (tout petit hein) mené par les titulaires permet de faire passer un peu mieux la pilule. Dans tous les secteurs du jeu, les Nets sont battus. De plus, le duo d’intérieur new-yorkais se régale et fait des misères. Les Nets terminent le quart-temps avec un handicap de 17 points (86-69). Le 4QT se révèle être une tentative de remontada, mais tout en contrôle et avec un excellent Porzingis, New-York gère la fin de match et ne laisse aucune chance à son adversaire du soir. Score final 95-111 et une nouvelle très lourde défaite.

On a aimé :

  • Le match de Jarrett Allen pour sa première titularisation. Gêné défensivement, il a eu une belle activité offensive.

On a pas aimé :

  • Se faire sweeper par les Knicks cette saison (4-0) …
  • Le match de Porzingis (28pts) et Kanter (20pts, 20rebs) qui se sont éclatés dans la raquette

Mercredi 31 janvier : Philadelphie Sixers @ Brooklyn Nets : 108-116

76ers @ Nets
© Quentin. Quelques mètres de plus, et nous étions sur le terrain.

Ce match en back-to-back après une prestation immonde la veille tombe mal. En difficulté face aux intérieur des Knicks, la venue de Joel Embiid sur le parquet du Barclays Center a de quoi faire craindre les fans. L’espoir est tout de même permis puisque nos Nets sont bien de retour à la maison (et que nous avons envoyé notre Lucky-man au stade). Pas de changement dans le cinq, RHJ est toujours absent et Acy et Allen startent dans la raquette.

  • 5 des 76ers : Simmons, JJ Redick, Covington, Saric, Embiid
  • 5 des Nets : Dinwiddie, Crabbe, Carroll, Acy, Allen

Le début de rencontre est assez équilibré, et les Nets semblent être plus en jambe que la veille. Pourtant, grâce ses trois homes forts (Simmons, Saric et Embiid), les 76ers prennent un premier avantage conséquent (14-7). Beaucoup plus accrocheurs que face à New York, les Nets reviennent et se veulent pas se laisser distancer ce soir. Et ça se sent, notamment en défense. En face, les deux jeunes Process de Philly tentent d’apposer leur marque sur ce match et permettent à leur équipe de terminer le premier quart-temps devant : 34-30.

Le second QT débute par… un 8-0 collé par Brooklyn, qui permet aux hommes de Kenny Atkinson de repasser devant. Un avantage qu’il ne laisseront pas filé pendant tout le quart-temps. Russell, déjà très bon dans le premier QT (7pts) continue d’apporter le danger dans ce début de seconde manche et enfile les paniers. Il ajoute 10 points à sa feuille de stat’ et laisse le relais à un autre homme en forme : Spencer Dinwiddie. Le meneur titulaire continue l’oeuvre de son jeune coéquipier et prend le contrôle de la rencontre. Jarrett Allen, lui, prend de plus en plus de confiance et ça se sent : 10 points et déjà 5 rebonds pour notre rookie. Le match est assez physique. Ben Simmons s’affirme et permet à son équipe, pourtant mené tout le QT, de passer devant à la mi-temps : 65-64.

Ce troisième QT est assez équilibré, et personne n’a vraiment le dessus sur l’autre. Ce sont pourtant les locaux qui font le jeu, et qui obligent les 76ers à trouver des solutions. Embiid, bien tenu par Allen dans l’ensemble, redonne un nouveau souffle aux siens qui passent devant quelques minutes. Mais, disposant d’une belle profondeur de banc, Brooklyn trouve de nouveau le chemin du panier grâce notamment aux remplaçants et reprennent l’avantage à la fin du QT. De quoi aborder de la meilleure des manières la fin du match, et de laisser les clefs au patron : Spencer DinWINddie.

« Je lui donne du crédit. Il tenait vraiment à jouer. Je ne peux pas vous dire combien de fois il nous a dit après le match qu’il se sentait bien » – Kenny Atkinson sur D’Lo

Le meneur, sélectionné pour le Skills Challenge du All-Star Game, fait honneur à sa réputation et prend les rennes de l’équipe. Grâce à lui, BKN se retrouve à 10 points (102-92). La fin du match est rude, mais Brooklyn ne lâche pas et réussit un joli exploit dans son antre. Le match monstre de Jarrett Allen face à Embiid et le back-court des Nets auront fait plier des Sixers qui n’y arrivent plus trop en ce moment. Dinwiddie termine le match avec 27 points, tandis que Russell, malgré un temps de jeu limité par son coach, termine le match avec 20 points en 17 minutes.

On a aimé :

  • La première victoire face à une équipe de la Division Atlantique (9-1)
  • La pluie de record en carrière pour Jarrett Allen pour sa deuxième titularisation en NBA (2ème double-double de sa carrière, career-high avec 16pts, career-high avec 12rebs, career-high avec 3 assists, career-high avec 6LF réussis)
  • Le maillot City ♥

On a pas aimé :

  • La titularisation de Quicy Acy en 4 à ses limites, et on a hâte de voir un duo Okafor/Allen dans la raquette

 

Vendredi 2 février : Los Angeles Lakers @ Brooklyn Nets : 102-99

Lakers @ Nets
© Quentin. Jarrett Allen is flying over Brook Lopez

Avec 19 victoires cette saison, cette rencontre face aux Lakers est l’occasion pour Brooklyn d’égaler son total de win de la saison dernière (20). Au delà de ça, la rencontre a forcement une saveur particulière puisqu’elle est synonyme de retour à la maison pour la première fois pour le meilleur marqueur de notre histoire : M. Brook Lopez.

  • 5 des Lakers : Ingram, Caldwell-Pope, Hart, Randle, Lopez
  • 5 des Nets : Dinwiddie, Crabbe, Carroll, Acy, Allen

La bonne impression laissée par les Nets lors du dernier match s’envole au fil des minutes. Le début de match est très tactique et est marqué par le duel entre l’ancienne gloire de Brooklyn et notre jeune rookie. Pourtant c’est par Julius Randle que vient le salut pour les Lakers. L’intérieur score 8 points d’affilés et ce sont bien les anges qui s’envolent au tableau d’affichage. Les hommes de Luke Walton tiennent bien le résultat mais faiblissent de plus en plus face au coup de boutoir de Brooklyn. Les Nets jouent mieux et on plus de réussite. Au final c’est notre D’Angelo Russell (le notre désormais) qui permet à ses nouveaux potes de passer devant ses anciens potes : 26-24

Le collectif semble être en place. Mais la situation vaut des deux côtés. En s’appuyant sur leur talent les Lakers prennent l’avantage, que Jarrett Allen, une nouvelle fois très bon et très impliqué ce soir, semble vouloir (et pouvoir) contesté. Défensivement, offensivement, le rookie démontre match après match que sa place de titulaire n’est pas volé. Le jeu reste cependant équilibré, et profitant de l’absence de réaction des Nets, les Lakers se détachent (+6). Un début (mais alors tout petit début) de révolte commence chez les Nets qui arrivent au terme du QT à recoller et à être au contact à la mi-temps : 57-59 Lakers

« Je ne suis pas appelé à remplacer Brook. Brook est unique en son genre. Il a des trucs, j’ai des trucs, et j’essaie juste de voir où je suis contre lui. Il était le visage de la franchise. Maintenant j’essaie de devenir le visage de la franchise aussi. L’entraîneur commence à me faire de plus en plus confiance plus dans le moment crucial, dans les moments importants du match » – Jarrett Allen

Les spectateurs du Barclays se surprennent à rêver. Volontaires, sérieux, les hommes de Kenny Atkinson récitent un basket propre et efficace. Plus le match avance plus les Lakers semblent manquer de solution, et ce sont bien les Nets qui sont devant au score (73-65). Et c’est finalement Brook Lopez qui permet a ses nouveaux coéquipiers de revenir dans le match. Russell, qui a lui aussi des comptes à régler visiblement, permet à Brooklyn d’égaliser laissant les deux équipes à égalité à l’entame du dernier quart. 85-85

Jordan Clarkson allume les deux premières mèches du dernier QT depuis le parking. Comme d’habitude en fin de match, c’est Spencer Dinwiddie qui mène la fronde des Nets pour revenir dans ce match. Personne ne veut lâcher et les deux équipes se rendent coup pour coup. Les deux collectifs brillent mais ce sont bien les Lakers qui abordent le Money Time en tête et qui ne lâcheront pas cette avance. Joe Harris tente un ultime shoot à 3PTS mais sans succès. Les Lakers repartent avec la victoire dans la poche et laissent les Nets un peu plus profond dans le doute. Score final 102-99

On a aimé :

  • Le nouveau beau match de Jarrett Allen, qui signe un nouveau (encore) career high aux points : 20 points. Et face à Brook Lopez ! Ah oui, c’est son 6ème match à deux chiffres. Juste comme ça hein.
  • La prestation collective dans l’ensemble

On a pas aimé :

  • Ce dernier QT moins intense qui nous coûte la victoire.

 

Dimanche 4 février : Milwaukee Bucks @ Brooklyn Nets : 94 – 109

© Quentin. Sympa le match en loges !

Pour boucler la semaine, Brooklyn accueillait les Milwaukee Bucks. Toujours privés de Rondae Hollis-Jefferson, les Nets affrontent une équipe qui est venu s’imposer au Barclays Center lors de ses 4 derniers déplacements. Il est peut-être temps de rompre la mauvaise série… ou pas.

  • 5 des Bucks : Bledsoe, Snell, Middleton, Antetokounmpo, Henson
  • 5 des Nets : Dinwiddie, Crabbe, Carroll, Acy, Allen

Dès le début de rencontre, on comprend que le match sera long et compliqué pour Brooklyn. Après 2 minutes de jeu, les Nets ont déjà encaissé 8 points (8-2). L’écart grimpe déjà… Antetokounmpo, Bledsoe et Middleton font le boulot en attaque alors que Brooklyn se retrouve perdu sur le terrain. Seul Carroll met un peu dedans en ce QT1, avec Okafor qui se montre légèrement offensivement. Défensivement à la ramasse, les Nets sont menés 36-22 après les 12 premières minutes.

À l’image de Thon Maker qui met des paniers, l’adresse de Milwaukee est insolente. Et accompagnée d’une défense et d’une bataille au rebond perdue, les points ne s’enchainent que d’un côté, et malheureusement pas celui que l’on aimerait. Les Bucks sont en promenade et tentent alley oop sur alley oop. Le score est de 42-23 après 3 minutes dans le QT2… Kilpatrick va même entrer côté Bucks et scorer à 3PTS. Le Barclays assiste tristement à la berezina du soir sans que Brooklyn ne puisse faire quoi que ce soit. À la mi-temps, les Nets sont menés de 21 points : 42-63.

Le début du QT3 se caractérise par un monstrueux poster d’Antetokounmpo sur Allen… Tous les shoots manqués de Milwaukee sont suivis au rebond, avec comme victime le secteur intérieur de Brooklyn. La preuve avec Dinwiddie qui fait tomber 2 joueurs adverses, donne à Allen qui se fait manger au contre par Giannis, avec une finition en alley oop sur transition… Le rookie passe une rencontre compliquée contre les Bucks. Puis les Nets vont envoyer un petit run (7-0 pour revenir à 19 points) et progressivement revenir dans la rencontre. D’un score de 75-49, les Nets reviennent à 11 points, 83-72, et passent un cinglant 21-8 dans les 6 dernières minutes du QT3.

Grâce à Harris et Dinwiddie à longue distance, Brooklyn revient même à 7 points des Bucks. Inespéré tant les Nets étaient dominés en première mi-temps. Cependant, même avec les blessures de Dellavedova et Antetokounmpo, Milwaukee gère son affaire : c’est au tour de Bledshow de prendre les commandes en fin de match et complètement tuer le match. Les Bucks s’imposent 109-94 sans forcer et sans s’inquiéter. Quant à Brooklyn, c’est la 6e défaite en 7 matchs, et oui, c’est un peu la crise…

On a aimé :

  • Le plutôt bon match d’Allen : 14 points et 7 rebonds.
  • La bonne entrée de LeVert : 15 points à 6/7 et un +/- de +3.

On a pas aimé :

  • Les 18 rebonds de John Henson. Jamais ça ne doit arriver, surtout quand il y a 7 rebonds offensifs.
  • Les 31% à 3PTS (9/29) qui font très mal.
  • L’incapacité à défendre sur Bledsoe et globalement défendre tout court. Faudrait penser à se mettre le cul par terre à un moment.

 

Bilan de la semaine :

  • 1 victoire, 3 défaites
  • 12ème à l’Est (+1)
  • 23e bilan de la ligue (19 victoires – 35 défaites)
  • Prochains matchs : Houston, @Detroit, @Nouvelle-Orléans

 

Joueur de la semaine : Jarrett ALLEN

Statistiques de la semaine : 15,5PPG, 7RPG, 76,5% FG

Cette semaine a été la plus prolifique de la jeune carrière de Jarrett Allen : avec des career-high sur les points (16 contre Philadelphie puis 20 contre les Lakers), les rebonds (12 contre Philadelphie) et les assists (3 contre Philadelphie).

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s