Actu

Bilan Hebdo n°21 : Du bien, du moins bien … mais surtout du mieux !

Embourbés dans une sale série de défaites et de mauvais matchs, les Nets abordent cette fin de saison sans aucune pression des résultats. Avec trois beaux rendez-vous cette semaine, Brooklyn avait l’occasion de préparer un peu plus la saison prochaine. Kenny Atkinson persévère t-il toujours avec son back-court Russell/Dinwiddie ? Okafor et Stauskas ont-ils joué cette semaine ? Comment reviennent Hollis-Jefferson et LeVert ? Les Nets-sont ils au fond du sceau comme on l’entend partout ?Les réponses sont dans le bilan hebdo de cette semaine.

Mercredi 7 mars : Brooklyn Nets @ Golden State Warriors (101 – 114)

maxresdefault.jpg

Invaincus depuis le All Star Break, les Warriors recevaient des Nets en perdition n’ayant remporté qu’un seul match en 2 mois..  Cependant, Brooklyn dispose enfin d’un roster au complet pour cette rencontre. Côté Warriors, Steeve Kerr n’est privé que de Patrick McCaw et peut compter sur les retours de Curry et Jordan Bell.

  • 5 des Warriors : Curry, Thompson, Durant, Green, McGee
  • 5 des Nets : Dinwiddie, Russell, Crabbe, Carroll, Allen

Brooklyn démarre bien contre les champions en titre : sous l’impulsion d’un bon D’Angelo Russell, les Nets sont devant au score. Après 7 minutes de jeu, les Nets mènent 14-10. Sauf que les Warriors qui jouaient au ralenti vont mettre un gros coup d’accélération sur la défense new-yorkaise… Devant à 14-10, les Nets se retrouvent très loin derrière Golden State, avec un score qui passe à 35-14 en faveur des californiens. C’est donc un run de 25-0 que les Warriors envoient à Brooklyn qui perd totalement les pédales. Kevin Durant et Stephen Curry sont les leaders de ce run pendant lequel l’attaque des Nets est inexistante. La grosse phase des Warriors se termine par un énorme pull-up à 3PTS de Steph Curry… La partie est déjà longue pour Brooklyn qui sort du premier quart-temps avec un déficit de 16 points : 19-35.

Brooklyn réagit en début de QT2 avec une grosse défense qui leur offre des paniers faciles, si bien que l’écart se réduit considérablement : la 2nd unit, par LeVert, ramène l’équipe à 5 points grâce à un run de 14-0. D’Lo reprend le flambeau et tient la dragée haute à Curry qui s’échange de grosses actions tour à tour. Mais la plus grosse action du match est surtout pour Joe Harris qui blocke salement Draymond Green parti au dunk :

Derrière, Rondae Hollis-Jefferson fait le job en attaque. À la mi-temps, c’est bel et bien Brooklyn qui mène 53-48 à l’Oracle Arena.

Habitués à d’énormes QT3, les Warriors pas à vraiment faire une grosse différence dans celui-ci. Les deux équipes se rendent coups pour coups, comme si l’une était Deontay Wilder et l’autre Luis Ortiz. Brooklyn se fait bouger à l’intérieur par Javale McGee (on a vraiment eu du mal à écrire cette phrase…) mais répond tout de même présent. Golden State prend finalement une petite avance à l’aube du QT4 grâce à deux shoots à 3PTS de Curry… 86-80 en faveur des Warriors.

Si l’on a cru ne serait-ce qu’un peu de créer la surprise, les coéquipiers de Kevin Durant ont clairement mis les choses au clair dès l’entame du dernier quart. D’une avance de 6 points, les Warriors passent à 14 points d’avance (95-81). Cela sera le run de trop pour Brooklyn qui ne reviendra jamais de la rencontre, avouant une logique fébrilité lorsque les Warriors jouent sérieusement. Si ce n’est pas KD ou Curry, c’est Klay Thompson qui s’y colle, comme dans le QT4. Les Nets s’inclinent 101-114 à l’Oracle Arena, sans être ridicules mais juste moins forts.

On a aimé :

  • Le match de D’Lo, patron avec 20 points, 8 assists, 3 rebonds et 2 steals.

On a pas aimé :

  • L’adresse longue distance qui a fait défaut : 26% à 3PTS à 9/34…
  • L’incapacité à défendre justement la ligne à 3PTS adverse : 11/23 pour les Warriors, dont 8/14 pour Stephen Curry et Kevin Durant.

Jeudi 8 mars : Brooklyn Nets vs Charlotte Hornets (125-111)

getty-images-929438724.jpg

Après un match accroché face aux champions en titre, les Nets avaient rendez-vous au Spectrum Center pour y défier Nicolas Batum et les Hornets, une formation qui tente en ce moment un run pour se qualifier pour les playoffs. Côté Brooklyn, le nombre de victoire de la saison passée est égalé et il reste 18 rencontre à la bande à D’Lo pour tenter de faire mieux que la saison précédente (20v – 62d). Kenny Atkinson se présente avec un groupe au complet pour cette rencontre à l’exception de Whitehead qui passe la saison en G-League.

  • 5 des Nets : Dinwiddie – Russell – Crabbe – Carroll – Allen
  • 5 des Sixers : Walker – Batum – Kidd-Gilchrist – Williams – Howard

Le match débute sur un rebond offensif et une finition facile de Jarrett Allen qui lance idéalement Brooklyn dans ce match. Si Howard et Kidd-Gilchrist redonnent l’avantage au Hornets, il ne faut pas longtemps avant que Crabbe, par deux fois à 3PTS, ne donne 6 points d’avance aux Nets (12-6, 8:00). La défense est bien en place mais le duo Walker – Howard permet à Charlotte de rester au contact (14-12). Après 8 minutes, un seul point sépare les deux équipes (21-20) mais c’est le moment choisit par les Nets pour accélérer et reprendre les commandes de ce match grâce au trio LeVert-Hollis-Jefferson-Joe Harris, tout les trois sortis du banc (30-23). Malgré un effort pour revenir en fin de QT, c’est bien Brooklyn qui mène 35-29.

Charlotte commence mieux le 2e QT et revient à une possession des Nets après moins de 3 minutes de jeu (37-35). Sur un action confuse, Lamb marque et les arbitres siffle une faute… Au ralenti, on voit Cody Zeller prendre le bras de Joe Harris pour lui faire un câlin alors que l’arrière des Nets n’avait visiblement pas très envie d’avoir ce genre de relation avec le frère de son ancien coéquipier. Si on comprend tous la réaction de Joe Harris, ce n’est apparement pas le cas des arbitres qui lui donne une faute. Brooklyn déjoue et Charlotte prend 5 points d’avance sur un drive de Malik Monk (41-46). Kenny Atkinson prend alors un temps-mort et réalise quelques ajustements qui permettent aux Nets de retrouver des solutions en attaque. Sur un contre d’Allen Crabbe, Caris LeVert est lancé et fait parler sa technique pour effacer Cody Zeller d’un euro-step parfaitement exécuté pour redonner l’avantage aux siens (49-48). Les deux équipes sont aux coudes à coudes mais c’était sans compter sur l’énorme coup de chaud d’Allen Crabbe qui réussi un 4/4 à 3PT en quatre actions et donne 10 points d’avance aux Nets (63-53). À ce moment du match, Crabbe compte déjà 20 points à 6/6 de loin.. À la mi-temps c’est toujours Brooklyn aux commandes du match : 65-59.

Au retour des vestiaires, les Nets sont en totale confiance et Dinwiddie envoie pour la énième fois de la saison Jarrett Allen au dunk, laissé seul par la défense des Hornets. Kemba tente de remettre son équipe dans le match mais Brooklyn semble intouchable : alors que l’écart n’est que de 5 points, il ne faut qu’une minute et 30 secondes aux Nets pour prendre 9 points d’avance. Auteur d’une faute grossière sur LeVert, Cody Zeller se voit infligé une faute flagrante 1 qui permet à Brooklyn de prendre le large dans ce match (90-78). Enervé par la faute de Zeller, Caris LeVert décide de se venger avec un spin-move sur le pivot des Hornets (92-78). Après 36 minutes c’est toujours Brooklyn qui mène 96-85.

Le 4E QT démarre sur une mauvaise nouvelle puisque Dinwiddie prend très rapidement une 5ème faute. D’Angelo Russell n’était pas en réussite Kenny Atkinson fait le choix de finir le match avec Caris LeVert. Un choix payant tant LeVert est partout sur le terrain depuis son accrochage avec Zeller. Après deux minutes, Brooklyn mène de 16 points sur un 3PTS de Joe Harris et à le match bien en mains. L’écart entre les deux équipes ne se réduit pas malgré les assauts répétés des Hornets. Après 6 minutes dans le dernier QT Brooklyn mène 115-102. Sur l’action suivante Dinwiddie prend sa sixième faute et Caris LeVert reprend sa place tandis que D’Lo regarde ses coéquipiers depuis le banc. Charlotte craque et Brooklyn prend 17 points d’avance sur un lay-up de Crabbe en transition (119-102) alors qu’il ne reste que 5 minutes à jouer. DeMarre Carroll va faire monter l’écart à 21 points (123-102) et envoyer son équipe vers un 21e succès cette saison.

Contre toute attente face à une équipe à la lutte pour les playoffs, Brooklyn s’impose 125-111 au Spectrum Center et bat son nombre de victoires de la saison passé à 17 matchs du terme de la saison.

On a aimé :

  • Le match Caris LeVert : 22 points, 4 rebonds, 8 assists en sortie de banc.
  • Celui de RHJ (18 points – 12 rebonds) et de Crabbe (29 point- 8 rebonds)
  • La pression offensive globale des Nets avec 5 joueurs à 15 points ou plus.

On a pas aimé :

  • Le match du duo Russell – Dinwiddie qui semble ne pas réussir à jouer ensemble.
  • Les fautes bêtes prises par Dinwiddie qui aurait pu déstabiliser l’équipe sans un LeVert au top de sa forme.

Dimanche 11 mars : Philadelphia Sixers vs Brooklyn Nets (120-97)

20180311-dlo

Dans ce dernier match de la semaine, les Nets pouvaient (et devaient) s’appuyer sur une prestation convaincante face aux champions en titre et une victoire maîtrisée face à Charlotte (la franchise, pas ta petite soeur hein). Et pourquoi pas viser une deuxième victoire de suite, ce qui ne leur étaient pas arrivés depuis mi-janvier (Miami & Detroit). Pas de changement dans le 5 majeur et un effectif au complet.

  • 5 des Nets : Dinwiddie – Russell – Crabbe – Carroll – Allen
  • 5 des Sixers : Simmons – Redick – Covington – Saric – Embiid

Malgré les deux premiers points du match en faveur des Nets, la suite de la rencontre est à sens unique. Carroll (x2) et Dinwiddie loupent leur shoot à 3pts. Une erreur que ne fait pas Saric, qui propulse son équipe vers les sommets. Simmons en pénétration, Embiid au poste ou de loin… les Sixers montrent qu’ils savent tout faire ou presque. La spéciale « Dinwiddie/Allen-opp » ne peut masquer la différence de niveau entre les deux équipes. Le pivot camerounais se régale dans ce premier QT dans la raquette des Nets ou dans sa propre zone avec un gros contre face à Carroll (13-6). Russell, bien aidé de Rondae Hollis-Jefferson, tente de donner un nouvel élan à son équipe mais, sans forcer et toujours très appliqués, les 76ers d’un trio Simmons/Saric/Embiid infernal (17pts dans le premier QT) se détachent et gèrent tranquillement. Même Belinelli participe à la fête. La différence s’est faite en défense et au pourcentage de shoot. 37-25 Philly à la fin du QT.

Philadelphie est en pleine bourre et réussit tout ce qu’elle entreprend. Les hommes de Brett Brown profitent de chaque faiblesse des Nets, surtout en défense. Malgré beaucoup de bonne volonté, Brooklyn n’y arrive pas et ne trouvent pas les solutions pour revenir dans ce match. Pendant un demi quart temps, seuls Russell et RHJ sont au niveau et rivalisent (au scoring) avec les Sixers. Caris LeVert est également très en vue, et met le feu à la défense de Sixers sur quelques actions. Mais le mal est fait, et l’avance continue de croître. On ne retiendra finalement que le beau block de DeMarre Carroll sur Ben Simmons. Et peut-être aussi l’entrée de Jahlil Okafor, une première depuis le 12 février et le math contre les Clippers, «Victime des circonstances » selon coach Kenny.

La deuxième mi-temps débute avec seulement 10 points de retard pour les Nets. Malheureusement, un retour semble inimaginable tellement la différence de niveau ce soir est criante. Les bricks s’enchaînent des deux côtés, et l’intensité du match redescend. Ce qui fait bien évidement l’affaire des 76ers qui gèrent le match tranquillement. Brooklyn est mieux en place, défensivement surtout. D’Angelo Russell est au four et au moulin sans pour autant que les Sixers aient la pression. Les Nets revient plusieurs fois à 3 possessions ou moins, mais sans succès. Embiid continue sa régalade alors que le banc des Sixers se fait une joie d’enfoncer des Nets plus dans le rythme.

La fin du match est très très difficile pour Brooklyn qui paye ses efforts du 3ème QT. L’écart au score, et l’écart de niveau entre les deux équipes ne cessent de grandir. Ilyasova et Bellinelli (s’il voys plait) mettent Philly sur une autre planète. Plus rien n’est a espéré pour des Nets qui sont en roue libre et laissent les Sixers réciter leur basket. Le match est plié depuis longtemps et les Nets s’inclinent de 23 points face à une très belle équipe de Philadelphie (8 joueurs à 10+ pts). Seul Russell (26pts) aura été réellement au niveau. La question d’une ligne arrière Dinwiddie/Russell est toujours en suspend et Mozgov et Okafor ont joués (hé oui !). La légende dit que Kenny aurait également proposé à l’homme qui ramasse les serviettes mais qu’il était légèrement blessé et qu’il n’a pas pu jouer les dernières minutes du match lui aussi.

On a aimé :

  • Le match de D’Lo, solide au scoring et à l’attitude de patron par certain moment
  • Les retour de RHJ et LeVert qui nous ont clairement manqué pendant plusieurs rencontres. Quand ils seront à 100%… miam !

On a pas aimé :

  • Le pourcentage au shoot immonde, si l’on excepte Russell. Carroll termine avec un horrible 1/9 !
  • La défense très permissible des Nets ce soir
  • Embiid s’est amusé dans la raquette et ni Allen, ni Okafor ne semble au niveau du Process.

Bilan de la semaine :

  • 1 victoire – 2 défaites
  • 13ème à l’Est (21V – 46D)
  • 24ème bilan NBA (=)
  • Prochains matchs : Toronto, Philadelphie, Dallas

Le joueur de la semaine : Rondae Hollis-Jefferson !

RHJ
Stats de la semaine : 13 PPG – 8 RPG – 2.7 APG – 48 FG%

S’il n’a pas été le meilleur d’un point de vue statistique la semaine de RHJ a été plus que sérieuse. Son retour fait du bien à la rotation de Kenny Atkinson qui retrouve de la qualité.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s