Interview Série

Coach Atkinson, Ep.3 – « C’était la meilleure saison de l’histoire d’Épinal ! » (Christian Monschau)

L'équipe de Brooklyn Nets France est parti à la découverte de Kenny Atkinson, à travers une série d’entretiens avec des personnalités qui ont bien connu le coach des Nets. Troisième épisode avec Christian Monschau, coach reconnu de France et ancien coach de Kenny à Golbey-Epinal #CoachAtkinson

Coach Atkinson - épisode 3Head coach des Brooklyn Nets depuis 2017, Kenny Atkinson a d’abord été joueur avant de connaitre les bancs de la NBA. Meneur de jeu, l’Américain a pendant de nombreuses années foulé les parquets européens et a évolué dans plusieurs clubs français (Montpellier, Épinal, Mulhouse, Nantes & Evreux). Déjà entraîneur dans l’âme, il a également connu une expérience d’assistant coach au Paris Racing avant de s’envoler vers les États-Unis. Pour mieux comprendre le personnage, nous sommes allés discuter avec des personnalités ayant côtoyé de près le joueur Kenny Atkinson, mais également l’homme. Pour le troisième entretien, M. Christian Monschau, ancien coach de Kenny à Golbey-Epinal.

Christian Monschau : « C’était la meilleure saison de l’histoire du club ! »

christian monschau (bcm gravelines)
Christian Monschau – Coach de Golbey-Epinal de 2000 à 2004

Qu’est qui vous vient à l’esprit en premier lorsqu’on vous évoque Kenny Atkinson ?

Je l’ai eu pendant une saison comme joueur. Il était le meneur de jeu de l’équipe que je coachais en Pro B à l’époque c’est-à-dire Épinal. Il était venu en tout début de saison, où on avait joué trois matchs sans lui. Ensuite on l’a recruté et il a donc joué toute la saison. Et c’était la meilleure saison de l’histoire du club ! Il a eu un rôle déterminant en tant que meneur de jeu.

En termes de stats, il était à 12.9 points, 6.7 assists et 3.0 rebonds de moyenne en 26 matchs. Pour un meneur de son âge (33 ans lors de sa signature), c’est plutôt pas mal non ?

Il était très bon oui. Il aurait pu jouer pas mal d’année encore, y compris en Pro A. Il a joué en Pro A d’ailleurs (à Montpellier, NDLR). C’était un très bon joueur, il était très apprécié à Épinal. Je suis sûr que là bas il a laissé un grand souvenir. En tout cas moi j’ai passé encore quelques saisons à Épinal, et les supporters se souviennent très bien de lui. Ils l’ont beaucoup apprécié. Humainement aussi parce que c’était quelqu’un qui avait le contact facile. Il aimait bien aller vers les gens, sans trop en faire. Il n’était pas prétentieux.

C’était vraiment un joueur de club, il mouillait le maillot. Il s’entraînait beaucoup, avant, après les entraînements. Il faisait des longueurs, c’était un vrai pro. Un gros bosseur. Vous parlez de son âge, mais lui il s’en foutait, il y allait, il était en très bonne condition physique. Il aimait bien la vie aussi, c’est un garçon qui était joyeux, qui était convivial mais leader sur le terrain. Il était très apprécié de ses coéquipiers. Il avait du caractère, de la personnalité. Et de l’efficacité ! Il était très adroit et très technique. Très très bon manieur de ballon.

Comment s’est déroulé le recrutement de Kenny ? Est-ce que c’est vous qui le vouliez ? Je rappelle qu’il avait quand même 33 ans. Qu’est ce qui a motivé votre choix ?

Il avait joué en Allemagne auparavant. Je le connaissais un peu, je l’avais vu joué. Je suis Alsacien, j’ai coaché six ans Strasbourg et ensuite Épinal, c’est un peu dans l’Est aussi. Il avait joué en France également à Montpellier un peu avant. Et quand il s’est retrouvé disponible bah j’ai sauté sur l’occasion puisque c’était pour moi une valeur sûre. Et ça a été une bonne pioche.

« Un joueur Old school mais très efficace »

Vous le connaissiez personnellement à l’époque déjà ?

Non non pas personnellement, mais je connaissais le joueur oui. J’ai découvert une autre facette ensuite, avec sa personnalité. Qui allait très très bien avec son poste de jeu, avec le rôle qu’il avait à jouer. J’étais très content.

En soit, un bon meneur comme un entraîneur aime en avoir …

Oui oui oui… Old school mais très efficace. J’aimais beaucoup. Franchement je garde un très bon souvenir de lui. On a gardé quelques contacts, on échange des fois via Nicolas Paul interposé. (La saison 2000-01) C’était la meilleure année de l’histoire du club puisqu’on est deuxième derrière Limoges. Qui avait une équipe qui était vraiment … impressionnante. Ils étaient champions d’Europe, champion de France et vainqueur de la Coupe de France ! Ils avaient fait le triplé l’année d’avant. Ils avaient été rétrogradé financièrement, mais ils avaient mine de rien une grosse équipe. Et on a terminé très près d’eux.

Pour au final se faire éliminer en play-off face à Roanne …

Oui, et il ne vaut mieux pas reparler de ça à Kenny. Non vraiment ce n’est pas bien de lui rappeler ça.

Racontez-nous ce fameux épisode. L’équipe se fait sortir dans une ambiance un peu particulière après un match assez houleux.

Faut pas en parler… Ce n’est pas bien d’en parler pour lui. Restons sur du positif. Dites plutôt qu’avec lui on était premier du championnat et que c’était le meilleur classement de l’histoire du club. C’est assez douloureux pour lui. En plus il y était pour rien, il a tout fait bien, donc on peut en parler de ça mais c’est par rapport à d’autres gens, il y a des trucs, non c’est passé, c’est passé. Et je suis sûr qu’il vous dira la même chose. Vous pourrez lui dire que je n’ai pas souhaité en parler.

L’affaire N’Diaye/Atkinson

Pendant les play-offs d’accession à la Pro A du championnat de Pro B confrontant l’équipe de l’ASGE Golbey-Épinal à la Chorale de Roanne le 14 juin 2001, Makhtar N’Diaye, alors joueur de Roanne et qui aurait été chahuté et insulté par des supporters spinaliens pendant le 4e tour qui se déroulait au Palais des Sports d’Epinal, monte dans les tribunes en fin de match et s’en prend aux spectateurs (une fille blessée) sans retenue. Mais l’histoire ne s’arrête pas là puisque le grand pivot roannais s’en prendra au joueur américano-espagnol Kenny Atkinson en lui administrant un coup de boule en pleine tête sur le parking des joueurs. Résultat : une fracture du nez et une incapacité à tenir sa place sur le terrain pour le 5e match. N’Diaye a ainsi été condamné par la fédération de basket-ball à dix matchs de suspension. Il bénéficiera cependant d’une grâce présidentielle.
Source : Comoria.com

« Il avait un excellent changement de direction et un très très bon cross par devant et sous les jambes »

C’était un vrai leader dans sur le terrain dans le vestiaire aussi ?

Oui oui oui ! Avec du caractère. Il savait motiver. Il savait emmener avec lui. C’était quelqu’un qui se dépensait beaucoup. Il était leader par l’exemple aussi. Quand on se donne à fond à l’entraînement alors qu’on a la trentaine et qu’on a de l’expérience et bien on tire les jeunes avec soi. Et sur le terrain pareil, il ne lâchait jamais rien. Kenny jouait beaucoup. On avait juste un tout jeune meneur de jeu du centre de formation qui était en rotation. Donc il assumait énormément. Je ne sais pas il devait jouer 35 minutes, une histoire comme ça (33 minutes NDRL). Il avait des joueurs intéressants à ses côtés aussi que j’aimais beaucoup et qui marquaient des paniers comme Delorme (Sylvain) ou Tailleman (Jean-Philippe)  par exemple… Des gars sains et avec qui il entretenait une excellente relation.

C’était quelque type de joueur ? Un gros scoreur ? Un joueur assez rapide ?

Il était vif ! Il avait un excellent changement de direction et un très très bon cross par devant et sous les jambes. Il était très vif, très tonique. Bon il n’était pas le plus grand, il était d’une taille moyenne mais il compensait. Il jouait plutôt bien les pick-and-roll et il s’adaptait vraiment au besoin de l’équipe au scoring. Il avait de vraies capacités de scoreur à la fois en pénétration, provoquer les fautes, il avait un floater, c’était un bon shooteur. Il n’était pas beaucoup à l’époque à avoir un floater, il y a presque vingt ans.

Un joueur complet donc ?

Oui ! La passe, la pénétration, le floater, éviter ou provoquer les fautes, ça fait déjà une bonne partie. Niveau scoring, il savait faire scorer les autres, il s’adaptait au besoin. Quand on dominait le jeu, il mettait tous les autres en évidence et quand on était en difficulté, il assumait vraiment le scoring. On a fait une magnifique saison, c’était formidable. Il a loupé les trois premiers matchs hein, mais je crois qu’avec lui on doit être premier. On avait perdu les trois premiers matchs parce que notre joueur Zaletel (Klemen) était blessé, et je crois qu’avec lui on est allé en demi-finale de Coupe de France contre Pau. L’année je crois où il avait Mureșan (Gheorghe, qui a joué au Nets en 1999-00, NDLR) qui était à Pau avec les frères Piétrus, avec Boris Diaw. On est allés loin en coupe de France et je crois que pendant la période où il est là, on est devant Limoges. Qu’on a battu d’ailleurs en Coupe de France. Donc il a vraiment impacté le jeu de l’équipe.

Et justement, comment ça se fait qu’il ne soit pas resté la saison suivante ? Une volonté de sa part ? De la votre ? Comment ça se fait qu’un joueur aussi déterminant ne reste pas au club ?

C’est un garçon qui était assez curieux, qui avait le niveau de Pro A déjà. Si on était monté, il serait resté à coup sûr. Je pense que c’était un garçon ouvert déjà à beaucoup de chose mais bien sûr qu’on aurait voulu continué avec lui l’année suivante.

« On échangeait beaucoup sur le jeu, sur l’approche des matchs, sur l’adversaire »

Vous suivez toujours ce qu’il fait aux Etats-Unis ?

Oui oui. Il a prit une situation difficile donc c’était courageux. C’était une belle opportunité. Et en même temps je pense que les gens sont satisfaits actuellement, non ? (sourires)

Globalement oui, en effet. Il a réussit à importer une identité, mais aussi un fond de jeu à la franchise. 

En effet. Je l’avais vu également coacher, parce que je suivais les qualifications de la zone américaine pour les championnats du monde, il coachait la République Dominicaine (Kenny a coaché l’équipe nationale de République Dominicaine en 2015, NDLR).

Kenny republica dominica
Kenny Atkinson avec James Feldeine sous les couleurs de la République Dominicaine (2015)

Le voir coach, c’est une surprise pour vous ?

Non, non ! Je pense qu’il avait cette attitude déjà en tant que joueur. Ce sont beaucoup de meneur de jeu, quand ce ne sont pas uniquement que des scoreurs, mais des meneurs qui peuvent gérer le jeu, gérer le tempo, organiser mais en même temps scorer, ce sont des gens qui ont déjà un impact sur le jeu et donc ils connaissent le jeu pour pouvoir l’enseigner après… donc non non coach, je n’avais pas de doute là-dessus.

Il vous en parlait déjà à l’époque de cette volonté d’être coach ?

Non non non, on ne parlait pas de reconversion à l’époque, c’était un garçon qui avait encore de l’ambition en tant que joueur. Mais par contre on échangeait beaucoup oui sur le jeu, sur l’approche des matchs, sur l’adversaire. Il regardait beaucoup le vidéo comme moi et on échangeait là-dessus. On entretenait vraiment une bonne relation. Il y avait un assistant-coach, Stanislas Hacquard, qui est actuellement pour la Fédération responsable de la formation des Cadres, qui avait également un bon contact avec lui. Beaucoup d’échanges, non extrêmement positif

Vous avez des contacts avec lui en dehors des matchs et du basket ? Est-ce que vous savez à quoi il occupait son temps ?

Honnetement non. On échangeait vraiment que sur le basket.  Je sais qu’il était apprécié à Épinal, ce n’est pas une très grande ville, on sait ce qui s’y passe et c’est quelqu’un qui était très bien intégré à la ville, il aimait bien sortir ce qui ne l’empêchait pas de s’entraîner à 100%. Je ne sais pas s’il a loupé un entraînement d’ailleurs. Il était tout le temps à fond.

Propos recueillis par Ionim Fournier
(Crédit vidéos : Archives Image Plus)

(Le prochain épisode est a retrouver dès lundi prochain)

Coach Atkinson, Ep.2 – Jo Le Squère

 

Publicités

un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s