Actu

L’heure de vérité pour D’Angelo Russell ? S’il veut écrire sa Legacy à Brooklyn c’est maintenant ou jamais (partie 2/2)

Le meneur des Nets arrivent à un tournant de sa carrière. Recevoir une proposition d'extension de son contrat et resigner à Brooklyn ? Tester le marché l'été prochain ? Nous vous proposons ici un décryptage de la situation de D'Lo en deux parties : une partie du point de vue de la franchise et une seconde partie du point de vue du joueur. En voici la seconde partie.

img_0328

Après vous avoir présenté le point de vue de la franchise concernant le cas D’Angelo Russell, il paraissait évident de se pencher du côté du joueur.

Tradé à l’été 2017 dans la franchise new-yorkaise, D’Angelo Russell doit prouver que les Nets ont fait le bon choix en pariant sur l’ex-meneur des Lakers. Arrivant dans sa dernière année de contrat, D’Lo n’a plus le droit à l’erreur et possède toutes les clés de sa réussite entre ses mains.

Pourtant, il eu déjà eu la possibilité de s’imposer comme le patron de Brooklyn la saison dernière, une explosion malheureusement ralentie dans son élan par des soucis physiques ne lui permettant de ne participer qu’à 48 rencontres dont 35 comme titulaire. Pas assez vu les responsabilités que Kenny Atkinson souhaitait lui donner. De plus, Russell n’a pas su profiter de la blessure de Jeremy Lin dès le premier match de la saison pour devenir le patron. Avec ses soucis physiques, il a plutôt laissé le champ libre à Spencer Dinwiddie qui lui a montré tout son basket la saison passée (en étant 3e au Most Improved Player et vainqueur du Skills Challenge).

Après une première saison loin de LA bien compliquée, mais dont le début était néanmoins prometteur, D’Angelo Russell arrive à un tournant de sa jeune carrière.

Prouver qu’il s’affirmer comme un leader technique sur le terrain

Il s’agissait de l’un des principaux soucis des Nets l’an dernier : Brooklyn manquait en ses rangs d’un leader, d’une tête d’affiche. L’arrivée de D’Lo il y a un an promettait un retour d’une hype pour la franchise en reconstruction, avec son nouveau meneur vedette. Une année plus tard, le constat est similaire, à savoir que les Nets ne peuvent se targuer de compter une star dans leur effectif. Et peu de joueurs peuvent avoir la carrure d’un leader dans cette équipe. Carroll est certes le leader vocal mais n’a pas ce profil de la star.

D’Angelo lui à les qualités pour être ce joueur, qui en réalisant une bonne saison serait un argument supplémentaire pour la venue d’un Top Free Agents en 2019. Et même si ce n’est pas son équipe, on sent à travers les mots de Carroll qu’il sera encore le joueur mis en avant : « Nous irons là où D’Lo nous emmènera » montrant que le groupe a toujours confiance en son meneur malgré son année compliquée.

Devenir la star tant attendue depuis sa deuxième place à la Draft 2015, c’est là l’un des enjeux de la saison pour l’ancien meneur d’Ohio State University .

Prouver qu’il mérite un beau contrat à Brooklyn ! Ou ailleurs…

La notion du temps pour la situation de D’Angelo Russell est extrêmement importante. Entrant dans la 4e et dernière année de son contrat rookie, le meneur sera restricted free agent à l’été 2019. Plusieurs possibilités s’offrent alors à lui :

  • Brooklyn lui propose un extension de son contrat rookie avant la reprise de la saison (comme son pote Devin Booker avec Phoenix il y a quelques semaines) et il accepte, s’intégrant officiellement dans le projet des Nets à long terme. La franchise pense donc pouvoir lui faire confiance également sur le long terme et bloque les pistes pour un meneur à la FA 2019.
  • Brooklyn lui propose un extension de son contrat rookie avant la reprise de la saison et il refuse. Ici, Russell prend un gros risque, celui de devoir être à son meilleur niveau pour recevoir les offres les plus conséquentes possibles à la Free Agency. Possible mais néanmoins improbable, tant D’Angelo Russell porte une grande place (pour le moment) dans le projet des Nets. Il est bien plus plausible de le voir accepter une extension si toutefois la franchise la lui propose.
  • Brooklyn ne lui propose pas d’extension, ce qui implique que D’Lo est restricted free agent l’été prochain. Il peut donc voir la valeur qu’il possède après une deuxième saison aux Nets et la place qu’il a sur le marché des agents libres. Brooklyn peut toutefois s’aligner sur les offres des autres équipes si le front office le souhaite. Néanmoins cette solution porte un risque conséquent à cause de la flexibilité des Nets pour l’été 2019 qui pourraient tenter le coup sur un meneur de gros calibre, et préférer voir D’Angelo s’éloigner de Brooklyn. Le niveau qu’il affichera tout au long de la saison est également primordial dans cette option, que ce soit pour convaincre les Nets de le conserver ou les autres équipes de lui faire confiance.

En soit, dans tous les cas, Russell sera dans l’obligation d’élever son niveau de jeu cette saison, c’est indéniable. Devenir une star comme cité précédemment, ne pourra que renforcer la place qu’il occupera dans l’avenir de Brooklyn.

Mais a-t-il seulement les moyens de le faire ?

Jeremy Lin a fait ses valises pour Atlanta, Isaiah Whitehead est lui aussi loin de la banlieu de Big Apple… Russell se retrouve dans une situation idéal avant de démarrer la saison. Cependant, l’éclosion de Dinwiddie et l’arrivée de Shabazz Napier met un peu le doute sur la manière dont sera coaché le back-court des Nets. Un avantage pour D’Lo a qui on offre enfin une concurrence plus rude qu’avec Lin et Whitehead. Une association à deux meneurs est aussi envisageable comme l’a affirmé Sean Marks récemment.

Quelle que soit les choix fait par Kenny Atkinson, il parait évident que D’Lo sera le titulaire à la mène. À partir de ce constat, on imagine donc que le meneur possède les moyens de devenir ce leader et qu’il confirme enfin les attentes. Pour cela il faudra tout d’abord être en pleine possession de ses capacités physiques afin de jouer l’entièreté de la saison. Les seuls 48 matches joués la saison dernière ne suffiront pas pour lui assurer sa place chez les Nets dans un an. Affichant des moyenne de 15,5 points, 5,2 passes et 3,9 rebonds par matches sur la saison, D’Lo devra également pousser ses statistiques à un niveau de quasi-All Star tout en garantissant des pourcentages autour de 50% au shoot avec 35% à 3PT et plus de 85% aux lancers. Peut-il cependant franchir se palier contre lequel il butte depuis son arrivée en NBA ? C’est ce qu’il devra prouver cette saison s’il veut avoir un vrai rôle à jouer dans la grande ligue.

En résumé, il s’agit donc de la saison ou jamais pour que D’Angelo Russell prouve à toute la NBA qu’il est un meneur de haut niveau et qu’il n’est pas juste un mauvais pari. Ici chez Brooklyn Nets France on a hâte de voir comment ses attentes vont se traduire sur le terrain.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s