Il y a un peu plus de cinq ans, les Nets effectuaient un move qui allait définir le cours de la franchise pour plusieurs saisons, et bien que l’accord avec les Hawks ait été conclut le 2 juillet 2012, l’officialisation du trade de Joe Johnson en provenance d’Atlanta n’a été officialisé que le 11 juillet, soit quelques jours plus tard.

Le lendemain, Joe Johnson a été rejoint à Brooklyn par Deron Williams en provenance du Jazz. L’occasion pour notre franchise fraîchement installée à Brooklyn d’introniser son « Brooklyn’s Backcourt ». Les Nets étaient tellement enthousiasmés qu’ils en avaient même fait un slogan marketing.

Les détails de ce trade n’avaient pas beaucoup d’importance à l’époque. Les Hawks récupéraient : Jordan Farmar, Anthony Morrow, Johan Petro, DeShawn Stevenson, Jordan Williams, un choix de premier tour (18ème pick : Shane Larkin) et un choix de seconde tour en 2017 (31ème pick : Tyler Dorsey).

En plus de tout ça, une partie de l’accord n’avait pas été annoncé à ce moment-là. En effet les Nets et les Hawks avaient décidé d’échanger leurs choix de premier tour 2014 et 2015. Il n’y a pas eu de swap en 2014, mais ce fut le cas en 2015 lorsqu’Atlanta a pris Kelly Oubre Jr. avec le 15ème choix alors que les Nets ont drafté Chris McCullough avec le 29ème pick.

Les joueurs envoyés aux Hawks représentaient avant tout l’opportunité pour les Hawks de réduire le salary cap et permettre à leur franchise de prendre un nouveau départ. Ce qu’ils ont fait en remportant pas moins de 60 matchs lors de la saison 2015/2016. Par contre pour les Nets, l’acquisition de Joe Johnson signifiait quelque chose d’un peu différent.

Joe « Jesus » Johnson a rejoint une équipe en transition. Les Nets venaient de terminer leur cinquième saison avec un bilan négatif et quittaient le New Jersey avec l’espoir d’une notoriété accrue, et une envie de renouer avec le succès en emménageant à Brooklyn. Les Nets, par le biais du propriétaire Mikhaïl Prokhorov, avaient annoncé un plan pour gagner championnat dans les cinq ans à venir…

Pour atteindre cette objectif, les Nets ont échangé (puis négocier un buy-out plus tard) Deron Williams mais avait aussi re-signé Brook Lopez en lui proposant un contrat maximum. Il est amusant de souligner que l’extension du contrat de Lopez avait été signé le jour où le trade de Johnson avait été officialisé. Avec notre nouveau Big Three en place nous étions fin prêt à revêtir l’uniforme noir et blanc.

big-three.jpg

A cette époque nos collègues et amis de Nets Daily avaient un avis bien tranché et écrivaient :

Après avoir tout pris en compte, est-il vraiment sage pour les Nets de faire venir Joe Johnson ? Oui ! Enfin ça le serait s’il était plus jeune de 4 ans et si son contrat était plus court de 2 ans et 35 millions de dollars.. Comme ce n’est pas le cas, il faudrait mieux restez loin de lui ! Joe Johnson est une vrai plus-value au poste d’arrière immédiatement, mais une mauvaise idée dans l’optique de garder du cap space dans les années a venir.. Jouer sur le court terme et essayer d’apaiser votre joueur vedette (Lopez ndlr.) en signant un autre joueur important n’est pas toujours la bonne chose à faire pour une équipe qui souhaite se construire. Lorsque les Nets vont devoir aller chercher un nouveau super joueur avec un joueur de 30 ans en déclin touchant 24 millions de dollars, cela rendra extrêmement difficile d’ajouter un autre bon joueur à l’effectif.

Avec le recul on peut dire qu’ils ont peut-être exagéré un peu. Avoir Joe Johnson et énorme son salaire n’a jamais affecté la façon dont les Nets allaient construire leur effectif ou les joueurs qu’ils choisissaient de cibler (comme nous avons pu le constater un an plus tard). De plus, Johnson avait seulement 31 ans au moment du trade, il était donc logique de penser qu’il avait encore de bonnes années devant lui.

Et même s’il ne faisait pas partie des top player à son poste, il était encore un joueur de calibre All Star et la meilleure option possible au poste d’arrière shooteur pour les Nets depuis le départ de Vince Carter.

En tout état de cause, ce trade fut une réussite du côté de Brooklyn. Lors de ses trois saisons et demi à Brooklyn, Iso Johnson tournait à 15 points de moyenne par match avec des pourcentages plus que correct : 43% dont 37% à 3PTS et 81% au LF. Au premiers abords, ces chiffres ne sont pas spectaculaires, mais il ne fallait pas s’arrêter là. Lui et Brook Lopez sont les seuls joueurs des Nets depuis l’arrivée à Brooklyn à disputer un All Star Game. Plus important encore, il était celui sur qui l’équipe pouvait compter sur les fins de matchs et les séries éliminatoires. Ce sont ces moments dont on se souviendra et qui feront que Johnson aura toujours un accueil chaleureux lorsqu’il viendra à Brooklyn.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=_d-E5n2tpNY&w=560&h=315]

Une chose est sûre, lors de son passage à Brooklyn, Joe Johnson a surtout connu le chaos ! Cinq entraîneurs en trois saisons et demi, un conflit avec Deron Williams sur la répartitions des minutes de chacun… Depuis le trade dramatique de l’été 2013 jusqu’à son départ pour le Heat à l’hiver 2016, Johnson a été l’un des rares joueur des Nets sur lequel nous pouvions compter pour donner le maximum chaque soir.

Dans n’importe quel environnement, il est extrêmement important d’avoir des personnes sur lesquelles vous pouvez compter ! Pourtant le nom de Johnson revenait de façon régulières dans les rumeurs de trade. Reed Wallach a écrit ceci à propos de Joe l’année dernière :

« Quant à l’héritage de Joe Johnson à Brooklyn, on retiendra les montagnes russes qu’il a vécu. Il y a eu les malheurs avec Deron Williams, le trade avec les Celtics, les problèmes avec Jason Kidd et maintenant la reconstruction.. Les gens oublieront ce qu’il a fait pour cette franchise qui n’a pas réussi à atteindre les objectifs élevés que Prokhorov avait fixés, qu’il s’agisse de réussir à tenir la dragée haute à LeBron James au deuxième tour des Playoffs 2014 ou de prendre feu dans les 4e QT notamment à domicile… Johnson a largement fait son boulot lorsqu’il était à Brooklyn. »

Joe Jesus

Lorsque Joe Johnson est arrivé en 2012, il rejoignait une équipe qui espérait jouer les playoffs tous les ans. Quand il a quitté Brooklyn en 2016, l’équipe entrait tout juste dans son processus de reconstruction après une recherche de titre extrêmement coûteuse et surtout infructueuse. Nous pouvons donc dire sans soucis que l’arrivée de Johnson à Brooklyn était un pari bien pensé qui n’a finalement pas porté ses fruits. Pourtant Mister Clutch a bien rempli son rôle dans une équipe souvent en grande difficulté et il y a une leçon a tirer pour beaucoup de joueurs quant à la façon dont Joe Johnson a joué à Brooklyn c’est que si vous restez cool, que vous êtes fiable et que vous brillez dans les bons comme dans les mauvais moments, vous donnerez une impression positive et durable au fans et à tous ceux qui vous entourent.


Mon histoire d'amour avec les Nets a commencé à New-Jersey au début des années 2000 et s'est poursuivie à Brooklyn. J'ai créé Brooklyn Nets France pour partager ma passion pour la meilleure franchise de NY.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici