Après le game-winner d’Indianapolis, Brooklyn est de retour à la maison pour un nouveau match face à Toronto. Lors de la dernière opposition, les Raptors s’étaient imposés d’un point. Brooklyn a donc à cœur de se racheter et d’offrir à leur public une victoire face à un redoutable adversaire.

Le début de match donne une première idée de la défense mise en place par Kenny Atkinson. Ce dernier avait choisi de débuter par une zone contre Indiana. Cette fois-ci, c’est une défense homme à homme avec Dinwiddie défendant Van Vleet et Harris sur Lowry. Nous assistons à un début de match brouillon. Les deux équipes ne rentrent que peu leurs shoots mais l’agressivité défensive des Nets est appréciable. Offensivement, les 8 premiers paniers sont inscrits après une passe décisive. Cela prouve une nouvelle fois la bonne circulation du ballon entre-aperçue ces derniers temps à Brooklyn. DeAndre Jordan est très présent lors de son entrée sur le parquet et il fait un bien fou au second unit. Le premier acte se termine sur le score de 23-19 pour les Nets.

La reprise du QT2 est du même acabit côté noir et blanc. Caris Levert prend les choses en main, bien accompagné de Garett Temple. Tout se déroule parfaitement et on s’achemine vers une soirée plutôt tranquille, d’autant plus que Pascal Siakam passe complètement à côté de son match. Des air-balls ou des shoots trop courts, des post-up ratés… Brooklyn réalise même un run de 11-0 en fin de QT pour compter jusqu’à 13 points d’avance. Toutefois, les Raptors vont parvenir à recoller un peu mais Joe Harris viendra calmer tout le monde en dégainant de loin pour permettre aux Nets de regagner les vestiaires sur le score de 52-40.

Le QT3 né déroge pas à la règle. Brooklyn imprime un faux rythme limitant ainsi les contre-attaque et le jeu de transition des Raptors. La maladresse est toujours de mise pour les deux équipes mais cela profite à Brooklyn qui peut ainsi gérer son avance plus sereinement. Le seul joueur de Toronto à surnager est Ibaka. On connaît les difficultés des joueurs des Nets à défendre sur lui. Cela s’avère une nouvelle fois vrai lors cette 4ème opposition entre ces deux équipes. Néanmoins, un joueur seul ne peut gagner un match et coach Atkinson l’a bien compris en ne cherchant pas à tous prix à régler le cas Ibaka. De l’autre côté du terrain, c’est Jarett Allen qui se met en évidence avec deux and-one consécutifs sur deux passes de Spencer Dinwiddie. Les Nets vont même parvenir à provoquer la 5ème faute personnelle de Lowry. Siakam réussit tout-de-même à rentrer un panier longue distance au buzzer du QT3 mais l’écart reste conséquent : 75-65.

Le secteur intérieur continue de briller en début de QT4. DeAndre Jordan poursuit son travail de sape. Il enchaîne les rebonds, les contres et les passes décisives. Attention toutefois au réveil de Fred Van Vleet, qui, en l’absence de Lowry prend les choses en main. Mais, dans ce match, quand la pression refait surface, docteur Joe Harris résout le problème. Tel un climatiseur, il éteint les Raptors et ne les laisse jamais espérer pouvoir revenir dans le match. Nick Nurse tentera néanmoins une trappe demi-terrain afin d’obliger les pertes de balle de Brooklyn mais rien n’y fait. Ce soir, les Nets sont sereins et appliqués.

Les Nets remportent ce match avec brio 101-91. La série de 15 victoires consécutives des Raptors est stoppée par les Nets. C’est la plus grosse série que les Nets aient stoppé. La précédente était de 12 victoires de suite et c’était les Sonics qui en étaient détenteurs lors de la saison 1982-1983.

Place aux notes !

Notes des titulaires

Spencer Dinwiddie (6/10) : assez maladroit, le meneur rend tout-de-même une copie complète. 17 points, 6 rebonds et 9 passes et 0 TO. Sur les 3 derniers matchs, Dinwiddie a délivré 30 assists pour seulement 3 balles perdues.

Caris Levert (6/10) : 20 points, 7 rebonds, 4 passes et surtout 4 interceptions pour l’arrière des Nets. Il a inscrit 20 points lors de 4 de ses 5 derniers matchs. Il perd encore trop de ballons (5TO) mais c’est en grande partie du à son jeu basé sur le 1vs1 et la percussion permanente.

Joe Harris (7/10) : docteur Joe a été présent lors de chaque moment chaud. 40% longue distance et 100% aux lancers-francs. Son match a été très bon et il a permis à l’équipe de ne jamais douter dans le money-time. 19 points et 6 rebonds pour lui ce soir.

Taurean Prince (4/10) : très peu adroit il aura vécu une soirée en dents de scie. l’ailier-fort a besoin de trouver son rythme en début de match comme ce fut le cas contre Indiana. Ce fut plus compliqué ce soir…

Jarett Allen (6/10) : encore un double-double pour le pivot de la franchise. C’est déjà son 23ème cette saison après seulement 53 matchs. Pour comparaison, il en avait réalisé 24 en 2018-2019 après les 82 matchs de saison régulière. Il termine ce match à 10 points et 13 rebonds sans aucune balle perdue.

Notes du banc

Garett Temple (5/10) : une bonne entré en jeu en première mi-temps ais une seconde où il a eu plus de difficultés. Utile dans la gestion du tempo et pour remonter le ballon, il continue à se montrer indispensable pour le second unit. 10 points au final.

DeAndre Jordan (6/10) : 7 points, 10 rebonds et 4 passes. Présent dans les petits détails qui apportent de la sérénité à une équipe, il a su faire le match que le coach lui demandait sans trop en faire.

Wilson Chandler (5/10) : on l’avait laissé sur une prestation insipide face aux Pacers. Force est de constater que ce match est bien plus abouti que le précédent. Sans être exceptionnel, il a pris des responsabilités offensives et ne s’est pas caché. 8 points et 6 rebonds dans cette rencontre. A noter un joli 40% du parking.

Timothé Luwawu-Cabarrot (4/10) : pas le meilleur match du français. Il a souvent eu à jouer des ballons compliqués en fin de possession mais n’a pas trouver son rythme ce soir. Rien d’alarmant. Son abattage défensif continue, quant à lui, d’être positif pour le groupe.

Barème des notes :

10 : match parfait – 9 : match exceptionnel – 8 : très bon match – 7 : bon match – 6 : match satisfaisant – 5 : match moyen – 4 : match insuffisant – 3 : mauvais match – 2 : très mauvais match – 1 : match exécrable – 0 : match ponctué d’un comportement inadmissible.

Tops / Flops

  • La domination au rebond : cela est récurrent cette saison mais il est important de le notifier chaque fois. Les deux pivots ont une nouvelle fois parfaitement contrôlé le rebond. Les Nets terminent d’ailleurs le match avec 55 rebonds contre 42 pour les Raptors. Du travail bien fait !
  • La circulation du ballon : petit à petit, les Nets retrouvent ce partage du ballon qui avait fait leur force la saison passée. 5 joueurs finissent à plus de 10 points et c’est en partie grâce à cette bonne circulation. Coach Atkinson semble de retour aux affaires.
  • L’adresse longue distance : mal récurrent cette saison, l’adresse à 3 points est vraiment dommageable. Quand on sait que la NBA actuelle est essentiellement basée sur le tir de loin, il va falloir trouver un remède. 25.7% ce soir…
  • Le poison Ibaka : les Nets ont les plus grandes difficultés à gérer le cas du pivot espagnol. Très adroit ce soir, il parvient chaque fois à tirer son épingle du jeu.