Leader d’une équipe qui étonne depuis le début de saison, D’Angelo Russell s’impose comme l’unes des meilleures progressions de la Ligue cette saison. De quoi le placer parmi les favoris pour le titre de Most Improved Player ?

Pour l’intéressé, juste après la victoire contre les Mavericks, il ne peut en être carrément autrement comme il l’a dit à Anthony Puccio de Nets Daily.

« Je me fous des autres joueurs qui sont sur la liste. Je vais le gagner, croyez moi ! »

Alors qu’il sort une saison statistique très prolifique avec 20,4 points et 6,8 passes (contre 15,5 points et 5,2 passes la saison passée), D’Angelo Russell impressionne par son leadership et une régularité enfin trouvée. Le meneur des Nets a confirmé les attentes placées en lui par Marks et Atkinson en juin 2017, lorsqu’ils décident de le récupérer en échangeant Brook Lopez. Il avait alors connu une première saison plutôt timide sous le maillot de Brooklyn mais s’est littéralement libéré depuis le mois de novembre dernier.

Si les Nets sont actuellement en Playoffs à l’Est, ils le doivent largement à leur meneur, qui explique les raisons pour lesquelles il doit, selon lui, être élu MIP :

« Tout est une question de mental. Le jeu, la volonté de devenir un grand joueur, tout est mental. Le régime, des trucs de ce genre, des choses que les gens ne voient pas. C’est quelque chose que j’ai dû apprendre quand je suis arrivé ici. J’avais l’habitude de jouer au basket et de laisser les choses venir à moi. Quand tu arrives dans cette ligue, tu sais que tu dois travailler dur et aller à la salle, mais il y a plus que ça. J’ai travaillé sur certains de ces aspects et je sais que je ne suis pas encore parfait. Mais je veux être un grand joueur et le mental joue beaucoup là-dessus. J’ai toujours été confiant, mais jamais à ce point auparavant durant ma carrière ».

Avec une extrême confiance en lui et en son jeu, D’Angelo Russell fait mentir ses détracteurs et se sent chez lui à Brooklyn.

« Je suis un leader. Je veux être dans ces situations et à présent, j’ai gagné davantage de crédibilité. Ce joueur qui est arrivé dans la ligue avec du sang glacée dans les veines, c’est ce que j’ai toujours été. C’est ce que je veux être et ça fait aussi partie de la progression mentale. Je n’avais pas le ballon dans les fins de match, parfois je ne jouais même pas. Donc de pouvoir y être aujourd’hui et faire ce que je fais, terminer les rencontres, ça fait du bien ».

Néanmoins, la concurrence sera rude, avec comme adversaires principaux Pascal Siakam (Toronto) ou encore Buddy Hield (Sacramento). Il faudra encore élever le niveau de jeu pour D’Angelo Russell et accrocher une place en playoffs, que les Nets n’ont pas vues depuis 2015.


Apprenti journaliste fan des Nets depuis 2014, j'ai rejoint l'aventure pour la création du site fin 2015. Rédacteur et chroniqueur avec la vision de jeu de Jason Kidd et le sang-froid de D'Angelo Russell.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici