Le nouveau pivot des Nets débarque à New York avec de l’ambition à revendre et de l’expérience à apporter à la franchise.

Ed Davis n’a pas hésité longtemps lors de cette intersaison. Après trois saisons dans la rotation de Portland, le pivot n’a pas pu résister à la tentation de rejoindre la Big Apple en signant à Brooklyn. Un pari peu risqué pour les Nets qui ne paieront le géant que 4,4 millions de dollars la saison prochaine. Encore moins que DeMarcus Cousins ! Bon ce n’est pas le même rendement ni les mêmes attentes mais pour trouver des joueurs moins bien payés que Boogie il faut désormais se lever tôt !

Après s’être fait salement sweeper au premier tour des Playoffs avec les Blazers par New Orleans, le natif de Washington passe à l’Est et retrouve quelques copains : Shabazz Napier, Allen Crabbe, avec qui il a joué à Portland. Et l’intérieur ne vient pas avec l’idée de perdre pour voir la cote de son équipe augmenter à la Draft. Il débarque pour gagner et passer la saison régulière. D’autant plus avec les bons retours qu’il a eu de l’institution Nets par ses nouveaux coéquipiers, comme il le confie au NY Post :

 » J’ai discuté avec Allen Crabbe et Jeremy Lin sur le staff et comment l’organisation marchait. Et je n’ai eu que des retours positifs. Cette équipe a vraiment du potentiel. Nous pouvons essayer d’aller en Playoffs cette saison. Ce sera un défi, mais c’est une des raisons de ma venue à Brooklyn. »

Bientôt le Top 8 ?

Dans une conférence Est toujours aussi ouverte et disposant d’un roster ambitieux et motivé, Ed Davis ne voit pas pourquoi les Nets ne pourraient pas se mêler à la course aux Playoffs. A l’image d’Indiana de l’année dernière, Brooklyn pourrait, selon lui, être cette équipe qui passe un cap et que l’on n’attend pas. Reste à espérer que la saison se passe normalement d’un point de vue médical et comportemental. En ce qui concerne le deuxième aspect, Davis ne se fait pas de soucis, ses collègues veulent la même chose que lui.

« Je le pense, à 100%. Chaque année, il y a quelques équipes qui ont terminé en bas et qui surprennent la ligue. On l’a vu l’année dernière avec les Pacers. On ne sait jamais ce qui peut arriver dans une longue saison, échanges, blessures, des choses comme ça.  Mon ambition est d’essayer de faire les Playoffs et je suis sûr que les autres joueurs de l’équipe ont le même état d’esprit. « 

Avec le départ de Dwight Howard, parti aussi vite qu’il est arrivé, et ceux de Timofey Mozgov et Jahlil Okafor, Ed Davis a sans doutes senti que le « wagon Brooklyn Nets » pouvait lui proposer un voyage plus qu’intéressant et lui apporter des responsabilités. Et pour ne pas voir la proposition s’envoler, Davis ne voulait surtout pas attendre.

« Je l’ai dit à mon agent (Aaron Mintz, ndlr) dès le premier jour, je voulais aller où j’étais vraiment désiré. Et Brooklyn s’est manifesté très tôt. Je sais comment marche le business et à quel point il va vite et j’étais à l’aise avec ma décision. »

Un rôle de tonton chez les Nets

À 29 ans, Ed Davis fait office de vieux briscard dans le jeune effectif des Nets. Appelé à encadrer Jarrett Allen, il doit apporter sa combativité en se battant aux rebonds en sortie de banc. Néanmoins, derrière cette ambition de Playoffs et la belle réputation de sa nouvelle direction, l’ancien des Raptors et des Blazers espère être un exemple aussi dans d’autres aspects que le sportif.

“C’est un autre raison de ma venue ici. Pour ce qui se passe sur le terrain et pour mon expérience personnelle que j’ai vécu. »

La collaboration Nets-Ed Davis s’annonce ambitieuse et à moindre coût. Pour rappel, la saison dernière, le pivot tournait à 5,3 points, 7,4 rebonds et 0,7 contre en 19 minutes de moyenne.


Pièce rapportée au projets Nets France. J'aime suivre et transmettre l'actualité des Nets, mais un bon match à 4h00 du matin à l'Ouest ça ne se loupe pas.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici