Alors qu’il sera intronisé demain au Hall Of Fame, Brooklyn Nets France se devait d’honorer celui qui a placé les Nets tout en haut de la NBA au début des année 2000. Et pour rendre hommage à ce magicien du basketball qu’était Jason Kidd nous avons décidé de tendre notre plume au fan n°1 du meneur rookie de l’année en 1994-1995, 10 fois All-Star, 2ème meilleur passeur et intercepteur All-Time et qui a amené deux fois les Nets de New-Jersey en finale NBA. Pour Brooklyn Nets France, Wil alias NVEJKIDD sur Twitter s’est posé afin d’écrire quelques mots à celui qui lui a fait aimé le basket et les Nets par la même occasion..

Salut Jason.

On n’est pas bien, là ? Alors comme ça, tu rentres au Hall Of Fame ? Bah mon gaillard, même sans que ce soit une surprise, ça fait vraiment plaisir ! Aujourd’hui j’ai à peu près l’âge que tu avais lorsque tu m’as donné envie de jouer au Basket. Une bonne quinzaine d’années plus tard on est toujours là.. et il s’en est passé des choses !

Mon premier maillot NBA ? Le tien. Version alternate des New Jersey Nets, évidemment !

981b2c81d1bfe5757c8694687eaf19c5.jpgTu sais que tu m’as fait rêver quand même ? Ah si ! Carrément ! Ne fais pas le modeste.. Avant toi, les Nets de Marbury c’était quoi ? 26-56 ? Bah ouais. Tu te ramènes, et il se passe quoi ? 52-30. Sans toucher l’effectif. Non, vraiment, il n’y a rien à ajouter.. Ah si, peut être : 52-30 et les finales NBA ! Genre t’arrives, et l’équipe passe des tréfonds de la ligue aux finales en une saison. Même toi et les gars ça vous a surpris. Bon, un peu trop peut-être puisque derrière vous vous mangez un sweeppar les Lakers de Kobe et Shaq.. Mais vous revenez l’année suivante ! Bon, cette fois c’est un 4-2 en faveurs des Spurs et de celui qui deviendra le rappeur français le plus adulé de tous les temps. Franchement, en 2003 j’y croyais, tout était réunis pour réussir. Bah oui ! L’équipe était bien rodée, plus que la saison d’avant, la paire Richard Jefferson – Kenyon Martin déboitait, t’avais un vrai pivot avec Mutombo et un banc solide entre Rodney Rodgers et Lucious Harris.

5567b12a27190.imageT’avait même la future plus grande légende all time : Brian Scalabrine ! Sans oublier des mecs comme Kerry Kittles, le genre de gars qui fait son boulot tous les soirs. Sans grands éclats mais le taffe est fait. Bon vraiment j’y ai cru ! Oh allez, ça va. Ne sois pas désolé. Entre les pépins physiques de Mutombo, et même si Collins a fait ce qu’il pouvait, le fait que t’avais la paire Tim Duncan/David Robinson en face, t’as pas pu faire grand chose. Et puis on a inauguré le maillot rétro époque ABA des Nets avec Julius en personne sur le parquet pour le Game 3 ! Et ce dunk de Jefferson sur la tête de Kevin Willis tu te souviens ? c’était dingue ! Mais ne t’inquiètes pas, ça va je te dis ! Je m’en suis remis !

Et puis bon : TU ENTRES AU HALL OF FAME QUOI !

Soyons honnête, j’ai pris ta carrière en cours de route. Bah oui, déjà on a 16 ans et un continent d’écart ! Et au début des années 2000, internet ce n’était pas la même chose que maintenant. Je t’ai découvert dans le magazine 5 Majeur. D’ailleurs, bien plus tard, j’y ai lu un article sur les futurs Hall Of Famers condamnés à ne jamais avoir de titre comme John Stockton et Karl Malone. Bah tu sais quoi ? Tu y étais cité ! Tu les as bien eu. Enfin, je disais, lorsque je t’ai découvert tu étais déjà chez les Nets. Alors j’ai lu : les stats, la biographie de Ken Rappoport et j’ai visionné, du mieux que je pouvais, tes matches, tes highlights.. J’ai même vu ton MTV Crips, tu sais cette émission un peu gênante où des caméras débarquent dans ta baraque pour montrer au monde entier la couleur de ta moquette murale !

Bref j’étais à fond avec toi. Mon premier coup dur c’est le sign and trade de KMart à Denver. Certes, après est arrivé Vince Carter, et te mettre dans les pattes le meilleur dunkeur de l’histoire ça ne pouvait que faire plaisir.

maxresdefault.jpg

Les finales ne revenant jamais, tu as finit par partir. Tu es rentré à Dallas, là où tout avait commencé. Et bah tu sais quoi ? Moi, avec mes 3 maillots des Nets à ton nom, 9 en tout rien que pour les Nets, je n’aurai jamais cru que je m’offrirai un jour un maillot des Mavericks ! Et bien, si ! Mais attention, pas n’importe lequel.. celui avec l’écusson des finales, s’il te plait ! Champion mon gars, CHAMPION ! Et contre qui ? La super Team de Miami, rien que ça !

Ah oui, en 2011, j’avais des étoiles dans les yeux. Mon JKidd, mon Mr Triple Double, champion NBA ! Enfin ! A 38 ans ! J’ai failli sabrer le champagne ! Quel plaisir ! Quelle revanche ! Revanche sur les journalistes, revanche sur les moqueurs évoquant mon idole comme un loser… Yes ! Ce titre c’était un peu celui de mes Nets adorés. Toujours posé dans le jeu je t’ai vu évoluer, travailler ton shoot à 3 points tout en distribuant toujours des tonnes de caviar.

jason-kidd-jersey_11peumuiy21rb10eyzo9dr12fn.jpg

Et après ? Bah, ton numéro 5 au plafond du Barclays Center et tu es devenu headcoach des Nets. On parle toujours de ton sale caractère, et l’expérience tourne court assez vite. Mais ça y est te voilà lancé dans une nouvelle aventure dans le coaching. C’est cool. D’ailleurs, c’est bizarre à dire, mais j’espère que tu te feras virer sur mon 2k, histoire que je te recrute pour ma franchise recrée dans le New Jersey. Oui j’ai oublié de gérer ça avant de lancer ma partie..

Bref Jason.. te voilà au Hall Of Fame. KMart à dit que tu faisais partie des 3 meilleurs meneurs all-time avec Magic Johnson, ton idole, et John Stockton. Richard Jefferson, lui, estime que personne d’autre dans l’histoire n’a dominé autant de matches que toi sans scorer. Et je serai toujours d’accord avec eux, malgré l’estime que j’ai pour Shaq et Tim, tu le méritais ton titre de MVP. Tu fais passer la franchise de 26 à 52 victoires à toi tout seul, et tu n’es pas MVP ? Grande injustice ! Sans doute New Jersey était il moins vendeur que Los Angeles. Et je suis désolé pour Dallas, mais quand tu as fait chanter des airs de supporter du New Jersey au Madison Square Garden, tu peux faire ce que tu veux, tu es plus un Net que quoi que ce soit d’autre.

RJ-and-Kenyon.png

Richard et Kenyon disent que tu as changé leur vie, tu en as fait de meilleurs professionnels, de meilleurs joueurs. Je peux te dire que tu as un peu changé la mienne aussi. Sans tes exploits, je ne me serai probablement pas autant intéressé au Basket Ball. Je serais peut être devenu un bandwagon fan suivant le vent en fonction des victoires de chacun. Mais te voir sous le maillot des Nets a réveillé en moi cet amour pour les mal aimés, ceux que l’on considère comme des losers. Le sweep magistral des Knicks de Starbury en 2004 c’était la revanche des prolos sur les riches bourgeois de la grosse pomme. L’occasion de les giffler proprement dès leur retour en play off. Bref, découvrir les Nets avec toi, c’était s’attacher à une équipe d’underdogs, de mec sous estimés et méprisés. Et ce malgré le passages de légendes comme Dr J et ses 2 titres ABA ! Être fan des Nets c’est avoir de la mémoire, et surtout se rappeler qu’on peut du jour au lendemain passer de 26 à 56 victoires et enchaîner avec des finales NBA. Direct.

Screenshot_20180906-101850_1Être fans des Nets c’est retenir les héros quand l’Histoire les oublie au profit des vainqueurs. Être fan de toi, c’est se souvenir qu’il ne faut jamais lâcher. Que même si on se plante 2 fois de suite, on peut se construire une 3ème chance à force de travail, de sérieux et d’acharnement. Être fan de Jason Kidd, c’est ne rien lâcher, et, dans la vie comme sur le terrain, savoir partager la gonffle pour que tout le monde y gagne. Merci Jason. Et toutes mes Félicitations. Bienvenue au Hall Of Fame.

Wil.


Fan des Nets depuis l'épopée finaliste. Présent pour partager ses souvenirs. Pas partisan du « C’était mieux avant », il est de toutes façons resté bloqué dans le New Jersey !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici