Connect with us

Signature

Jamal Crawford à Brooklyn ! Deux autres recrues en approche

Sean Marks s’active en coulisse afin de renforcer son effectif pour la reprise de la saison

Les Nets sont partis avec onze joueurs pour Disney, mais ils seront bientôt rejoints par deux nouveaux joueurs comme nous l’a appris Shams Charania dans la nuit. L’insider de The Athletics a confirmé l’arrivée du veteran Jamal Crawford sur Twitter sur les coups de 2h du matin.

« Jamal Crawford a accepté un deal avec les Nets de Brooklyn, d’après les sources de @TheAthleticNBA. »

Jamal Crawford, entre expérience et leadership

À Brooklyn, l’ancien briseur de chevilles des Clippers apportera toute son expérience et son leadership. Dans la ligue depuis 2001 et sa draft par les Cavaliers jusqu’à son passage mitigé du côté de Phoenix, Crawford a disputé plus de 1300 matchs pour 15 points et 3 passes de moyenne.

À 39 ans, Jamal Crawford n’est plus une première option. Malgré tout, sa vision du jeu et sa gestion de la pression devraient lui permettre d’aider les Nets et d’apporter du soutien à Caris LeVert, dernier homme fort chez les guards pour Brooklyn. Lors de sa dernière saison dans l’Arizona, il apportait encore 8 points et presque 4 assists en 18 minutes.

Michael Beasley en approche

L’autre nouvelle de la soirée nous vient également de Shams Charania et concerne un autre nom bien connu de la NBA, le talentueux mais tumultueux Michael Beasley.

Âgé de 30 ans, le 2ème choix de la Draft 2008 avait quitté la NBA après la saison 2019-2019 et une expérience chez les Lakers, lors de la première saison de LeBron James.

26 matchs pour 7 points et 2 rebonds de moyenne, son passage dans la cité des anges a comme un goût d’inachevé, surtout quand on connaît le talent du garçon.

Seul bémol dans cette arrivée, une suspension de 5 matchs suite à un test anti-drogue positif en octobre 2018. Un test qui avait eu lieu en cours de saison, alors qu’il avait quitté les Lakers pour venir au chevet de sa mère atteinte d’un cancer. Une sanction difficile à digérer et qui l’avait poussé à quitter la NBA…

« Source : le test de dépistage de drogue de Michael Beasley n’était pas récent – c’était d’octobre / novembre 2018 pendant un congé sabbatique avec les Lakers, lorsque sa mère était en train de mourir d’un cancer. »

Ami proche de Kevin Durant, la star des Nets ne manque d’ailleurs pas d’éloges envers Beasley, dans une interview pour B/R en 2018.

« J’adore Beas. J’aime sa famille. J’adore ce qu’il fait. Il n’a jamais eu vraiment sa chance. J’ai dit plus tôt cette année avant la saison qu’il était tout aussi habile que LeBron et moi-même… »

Très certainement revanchard, l’ancien joueur des Knicks devra saisir l’opportunité que lui offre les Nets pour prouver qu’il peut encore avoir un rôle en NBA. Dans une équipe en manque cruel d’ailiers-fort, le pote de Kevin Durant devrait bénéficier d’un temps de jeu conséquent et pourrait même être titulaire devant Rodions Kurucs, seul poste 4 encore apte dans l’effectif.

Un troisième vétéran en approche

Avec les ajouts consécutifs de Crawford et Beasley, les Nets ont désormais un effectif un peu plus garnis. Enfin, presque ! Le poste 5 est totalement décimé depuis les forfaits de DeAndre Jordan et Nicolas Claxton, respectivement pour cause de Covid-19 et de blessure.

Il reste donc une solution à trouver pour Brooklyn afin d’éviter à Jarrett Allen d’être la seule option à ce poste : recruter un pivot. Et quel pivot ! Selon les informations de Marc Stein, du New York Times, les Nets auraient fait d’Amir Johnson leur cible prioritaire en renfort à ce poste.

Bon défenseur, physique imposant, nul doute qu’il fera grand bien au banc des Nets. Lors de son dernier passage en NBA l’année dernière, Johnson a joué 51 rencontres avec les Sixers, moyennant 3.9 points, 2.9 rebonds et 1.2 passes.

« C’est un pro et une super personne humainement. Il a beaucoup d’humilité, […] il est capable de mettre son CV et son ego de côté », tels ont été les mots de Brett Brown, son coach à l’époque. En manque de temps de jeu, Johnson demanda personnellement à jouer en G-League pour rester en forme, geste qu’avait salué Brown. Voilà donc le type de joueur qui devrait accompagner le groupe dans la « bulle d’Orlando ». Un joueur physique, prêt à tout donner sur le terrain, humble et qui connaît et respecte son rôle au sein d’un effectif.

Étudiant en journalisme le jour, fan de basket la nuit. Mon but : handle les mots aussi bien que Kyrie handle la balle.

Les derniers matchs joués

More in Signature