Alors qu’il entre dans la dernière année de son contrat rookie, D’Angelo Russell arrive aussi à un tournant de sa jeune carrière. Recevra t-il une proposition d’extension de son contrat comme son ami Devin Booker à Phoenix ou devra t-il tester le marché l’été prochain ? Cette situation mérite d’être analysée avec minutie. C’est dans cette optique que nous vous proposons un décryptage de la situation en deux parties : l’une du point de vue de la franchise et une seconde du point de vue du joueur. En voici la première partie.

Une extension de contrat ne semble pas (encore ?) d’actualité…

L’avenir de D’Angelo Russell est-il toujours à Brooklyn ? Dans sa dernière année de contrats rookie, l’ancien d’Ohio State est dans une situation assez inconfortable. En effet les Nets ne sont pas obligés de prendre une décision dans l’immédiat, et ils n’ont de toute façon pas l’intention de le faire. L’objectif étant de préparer la Free Agency 2019, en gagnant en flexibilité ainsi qu’en cap space pour attirer des gros poissons, et ne pas offrir une extension de contrat à D’Angelo suit parfaitement cette ligne directrice.

Car, dans le cas où les Nets décideraient d’offrir à D’Angelo une extension de son contrat rookie, ils ne pourront le faire que jusqu’au début de la saison régulière, soit à la mi-octobre. Et rien ne laisse paraitre que Brooklyn soit enclin à proposer cette extension à son meneur pour le moment. Le front office pourrait même se satisfaire de simplement activer la qualifying offer de 9,16 millions de dollars pour le joueur de 22 ans et de le laisser tester le marché (comme restricted free agent) l’été prochain.

« Pour l’instant, nous allons voir comment ce groupe joue ensemble, comment tout se dérouleMais encore une fois, je ne vais pas modifier notre façon de voir les choses. Ce qui compte, c’est le groupe et nous ne prévoyons pas de faire des changements fous, que ce soit une extension, de signer ou d’échanger quelqu’un d’autre. Mais les choses arrivent vite. » a déclaré Sean Marks

Certes les choses arrivent vite, mais il est peu probable que laisser Russell tester sa côte sur le marché soit si fou que cela. Les Nets seraient même prudents de rester impassibles et de laisser le marché fixer le prix pour Russell, qui a tout de même raté 33 matchs la saison dernière après une arthroscopie au genou gauche. Néanmoins, D’Lo avait offert des débuts convaincants avec des moyennes de 20,9 points, 5,7 passes décisives et 4,7 rebonds avant sa blessure.

Un autre « problème » pourrait également se poser pour Atkinson est son staff : D’Angelo Russell perd beaucoup de ballons et possède le pire defensive-rating de l’équipe (111,7), le second étant Spencer Dinwiddie… Cela soulève forcément des questionnements sur la compatibilité d’une cohabitation des deux jours dans le back-court la saison prochaine.

Faire jouer D’Lo et Dinwiddie ensemble et aviser par la suite ?

DLo_and_Dinwiddie.0.jpg

Ces questions là pourront être résolues assez rapidement : Brooklyn ne peut pas ouvrir des discussions d’extension avec Dinwiddie avant le 8 décembre, mais cela pourrait être assez de temps entre cette date et le début de saison pour juger de la compatibilité des joueurs, et peut-être de leur valeur.

Il ne faut également pas oublier que le plan concerne les signatures de deux contrats max à l’été prochain (comme Kyrie Irving, Jimmy Butler ou Kawhi Leonard…) et que cela pourrait nécessiter de trader Allen Crabbe ou de laisser Russell et Dinwiddie et / ou Rondae Hollis-Jefferson devenir des agents libres. En effet, dans le cas où l’idée de la franchise serait de signer un meneur à la free agency 2019, les Nets n’auraient alors aucun intérêt à prolonger D’Lo.

Après que Jeremy Lin et Greivis Vasquez aient raté 125 matchs combinés il y a deux ans, Lin et Russell ont raté 126 matchs la saison dernière. Il n’est pas étonnant que l’équipe ait ajouté Shabazz Napier, qui pouvait non seulement soutenir Russell et Dinwiddie, mais aussi jouer aux côtés de l’un ou de l’autre, comme il en a eu l’occasion avec C.J. McCollum et Damian Lillard à Portland :

« Nous avons vu ces gars jouer ensemble, donc je ne serais pas surpris si nous voyons chez nous une combinaison avec nos meneurs, comme nous l’avons fait quand Jeremy [Lin] était en bonne santé« , a déclaré Marks sur Napier, qui comprendra plus clairement son rôle une fois lors du training camp en septembre. « Je n’ai pas besoin d’avoir le ballon, je l’ai prouvé quand j’étais à Portland », défend d’ailleurs l’ex-Blazer. « C’est la raison pour laquelle Kenny [Atkinson] et moi sommes arrivés à la conclusion que ça fonctionnerait pour moi. Une fois que la balle sera en jeu, on s’en sortira. »

Source : NY Post


Apprenti journaliste fan des Nets depuis 2014, j'ai rejoint l'aventure pour la création du site fin 2015. Rédacteur et chroniqueur avec la vision de jeu de Jason Kidd et le sang-froid de D'Angelo Russell.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici