Hier avait lieu la conférence de presse de présentation de Jahlil Okafor et Nik Stauskas au HSS Training Center de Brooklyn. L’occasion pour nos nouveaux joueurs de passer devant les micros des journalistes. Une conférence de presse à laquelle nos confrères de Nets Daily ont pu assister et que nous allons vous rapporter du mieux possible.

Tout d’abord parlons de Jahlil Okafor. L’ancien n°3 de la Draft 2015 s’est dit être « revanchard » expliquant que c’était la première fois pour lui que les gens ne sont pas « derrière lui dans un sens parce que j’ai toujours connu la hype depuis mes débuts ».

Comme un parfum de revanche dans l’air

À Brooklyn, Jahlil va rejoindre un groupe composé essentiellement de gars revanchards et qui aiment travailler dur. Ce sentiment de revanche on l’avait déjà entendu dans les propos de D’Angelo Russell et d’Allen Crabbe lors de leur arrivée aux Nets. D’ailleurs tout le monde dans l’organisation de la franchise, que ça soit les joueurs mais aussi le coach, le staff technique et aussi le front office, ont des choses à prouver.

« Je bossais tous les jours en sachant que mon heure viendrait, et je voulais m’assurer que je serais prêt quand elle arriverait. Chaque jour, je travaillais dur avec les coachs, ils se sont toujours occupés de moi. Et moi je faisais tout pour être prêt le jour où j’aurais ma chance. »

Cette chance Jahlil ne l’aura pas eu à Philadelphie puisqu’il n’a joué que 25 minutes cette saison sous le maillot des 76ers. Un période difficile pour un jeune joueur comme lui mais il a tenu bon notamment grâce à ses coéquipiers : « C’était très dur parce que je faisais partie de l’équipe, mais pas vraiment au final… Heureusement, j’étais pote avec tous les gars de l’équipe et ils m’ont beaucoup aidé à tenir le coup. Aujourd’hui je suis heureux d’être ici et je suis prêt à écrire un nouveau chapitre de ma vie. »

Une situation qui ressemble de loin à celle de D’Angello Russell à Los Angeles. Au cours des six derniers mois, les Nets ont fait l’acquisition de deux jeunes joueurs prometteurs de 21 ans, tous deux haut drafté en 2015 et qui n’avaient pas réussi à éclore avec les franchises qui les avaient draftés. Chez les 76ers, Okafor a passé sa saison Rookie soit blessé soit jouant pour une équipe des Sixers qui ne pensait qu’à tanker et qui a fini avec un bilan de 10-72. Au final on peut presque dire que malgré son talent, il n’était là en attendant mieux… en attendant le retour de Joel Embiid.

Okafor : « D’Angelo et moi, nous nous entendons bien »

Il a été demandé à Okafor quel joueur avait été le premier à prendre contact avec lui après l’officialisation du trade avec les 76ers et l’ancien de Duke à répondu très simplement « D’Lo » en ajoutant : « Il est la première personne à m’avoir appelé et nous sommes très excités à l’idée d’être sur le terrain ensemble. Honnêtement qui aurait pensé qu’un n°2 et n°3 d’une même Draft joueraient dans la même équipe moins de 3 ans après leur arrivée en NBA… ? Mais comme je l’ai souvent dit tout se passe pour un raison ».

« J’ai l’impression qu’avec D’Angelo on est similaires en le sens que nous avons beaucoup à prouver. Mais pour l’instant je sais qu’il doit travailler dur pour vite revenir sur le terrain. »

En dépit de toute l’excitation autour de leur association, Okafor sait que tout est en temps voulu. Russell est encore en rééducation après son opération au genou alors en attendant, il sait qu’il doit s’habituer à jouer avec l’équipe la plus rapide de la ligue.

« Il doit être en bonne santé avant de revenir et moi je dois m’habituer à l’équipe, même si évidement c’est difficile de ne pas y penser. Je suis excité et je sais qu’il est excité. Je n’ai entendu que de bonnes choses sur les gars de l’équipe, je sais qu’ils sont tous jeunes et affamés. Les gars jouent tous un bon basket et je suis heureux d’être ici ».

img_0676

Si Russell est le première joueur qu’a cité Okafor, ce n’est pas le seul qu’il connait. Il a expliqué avoir souvent croisé plusieurs joueurs des Nets dont la plupart d’entre eux ont le même âge que lui. En effet les Nets ont 8 joueurs de 24 ans ou moins dans l’effectif cette saison, ce qui en fait la sixième plus jeune équipe de la NBA.

« Il est vrai que je connais certains des gars de l’équipe. D’Angelo et moi nous entendons bien, et je suis proche de Rondae Hollis-Jefferson qui est quelqu’un avec qui j’ai déjà joué une fois ou deux. Ce sont tous des jeunes gars donc je les ai pratiquement tous vu en allant dans les camps de basketball et parfois en jouant contre eux et des trucs comme ça ».

Brooklyn où le parfait tremplin

Okafor a ensuite expliqué comment son nouveau régime végétalien l’a aidé à perdre près de 10 kilos au cours de l’été, réduisant son poids à environ 113 kilos. Le pivot de 21 ans espère que cela l’aidera à s’adapter au jeu rapide des Nets, tout en allégeant la pression sur son genou sur lequel il a tenu a assurer qu’il allait parfaitement bien.

« Comme je l’ai dit, je me préparais. J’étais d’ailleurs en train d’apprendre le rythme de cette équipe, ses systèmes, et des trucs comme ça. Alors j’espère que ça ne prendra pas trop de temps, je pense que je suis prêt, mais je le saurai aujourd’hui à l’entrainement. Je verrai s’ils souhaitent que je joue bientôt ou s’ils préfèrent que je prenne mon temps pour me faciliter la tâche ».

Conscient d’avoir des progrès à faire dans le jeu, Okafor croit que son nouveau staff et surtout les coachs en développement de Brooklyn l’aideront à se développer. Il a aussi tenu à louer le travaille de Kenny Atkinson après un seul entrainement effectué ensemble.

«  Je suis vraiment excité à l’idée de pouvoir bosser avec ces gars là. Hier j’ai participé à l’entrainement avec l’équipe c’était quelque chose de nouveau pour moi puisque habituellement, ce sont les entraîneurs adjoints qui s’en occupent. Mais là voir le coach Atkinson avec moi, m’aider à shooter, courir avec moi, et même défendre sur moi quelques fois, c’était différent. J’ai vraiment aimé ça. »

Souvent critiqué pour ses trou d’air en défense Okafor compte là aussi sur le staff des Nets pour l’aider à s’améliorer : « C’est quelque chose que j’achète. Ils vont m’aider avec ma défense. Je vais découvrir leurs plans défensifs et ce qu’ils attendent de moi, mais j’ai hâte de savoir ce qu’ils veulent que je fasse. Je suis dans le procès à 100%. »

« Je sais bien que je ne suis pas un joueur parfait. J’ai 21 ans. Il y a des choses sur lesquelles je dois travailler, des choses sur lesquelles j’ai déjà travaillé et sur lesquelles je continuerai de travailler… ».

Nik Stauskas lui aussi dans le coup

Nik Stauskas qui été coéquipier d’Okafor lors de son passage difficile en Pennsylvanie explique comment il est heureux de le voir obtenir l’attention qu’il mérite.

« Je le côtoie depuis deux ans et je sais qu’il était frustré par sa situation à Philadelphie. C’est un joueur très talentueux, il n’est pas n°3 de la Draft pour rien ! Je sais que c’était vraiment difficile pour lui de ne pas jouer et j’espère qu’il aura l’occasion de jouer ici et de se montrer vraiment. Je le vois évoluer depuis sa saison Rookie et je peux vous dire que c’est un joueur talentueux qui mérite vraiment de se faire une place dans cette ligue ».

Ce n’est pas la première fois que ce genre de compliments est fait au sujet de l’ancien pivot de Duke et il ne faut pas oublier qu’Okafor tournait à un peu plus de 17 points et 7 rebonds par match lors de son année Rookie. Après avoir été mis au rebut pendant un an et demi chez les 76ers, Jahlil Okafor est impatient de revenir sur le terrain et montrer sa valeur. Il l’assure lui même : « Je suis prêt à jouer, j’en ai marre de m’asseoir sur le banc ».

Capture d_écran 2017-12-12 à 19.45.23

Quant à Nik Stauskas, lorsqu’il a reçu le coup de téléphone lui signifiant qu’il était envoyé chez les Nets, il savait qu’il avait déjà un coéquipier sur lequel il pourrait s’appuyer en la personne de Caris LeVert. Les deux arrières/ailiers n’étaient pas seulement coéquipier à Michigan, ils ont aussi été colocataires pendant deux ans.

« Je suis resté un peu en contact avec Caris. Je ne savais pas trop comment fonctionnait l’organisation mais depuis que je suis arrivé ici, je discute avec Caris. Et il m’a dit que c’est une organisation de première classe, que ce soit sur et en dehors du terrain. Je suis excité à l’idée de jouer ici ».

Ce lien entre les deux jeunes joueurs est une bonne chose dans une équipe qui veut s’appuyer sur la fraternité et la confiance entre ses membres pour développer son identité.

« Je pense que c’est plus facile d’arriver dans un groupe en connaissant quelqu’un plutôt que dans un groupe d’étrangers. Avoir quelqu’un avec qui je suis à l’aise ou avec qui j’ai été ami pendant presque deux ans c’est toujours bon. Et puis sur le terrain, j’ai déjà l’impression d’avoir de la chimie ces dernières années ».

Nik Stauskas et Jahlil Okafor ont travaillé avec le staff dimanche matin au retour de Mexique. Durant cette session qui a eu lieu au HSS Training Center Stauskas a pu avoir un aperçu de l’attaque et de son utilisation dans le système d’Atkinson. Il a également reçu un message d’un membre staff à propos de son rôle et de ce que les Nets attendent de lui.

Stauskas, shooteur pur jus

Contrairement à certains de ses coéquipiers, Stauskas est un shooteur et sa réputation remonte à l’époque de Michigan où il shootait à 44% à 3PT sur ses deux saisons. Peu importe son futur rôle, le joueur de 24 ans a précisé qu’il était prêt.

« Pour l’instant je n’ai pas encore trop parlé avec le coach pour savoir quel sera mon rôle dans l’équipe et à quoi je dois m’attendre au début. J’ai la chance de pouvoir repartir à zéro ici et je compte en profiter pour m’améliorer chaque jour. La première chose que j’ai remarqué en arrivant ici c’est à quel point il est important pour eux de développer les joueurs. C’est quelque chose en quoi je crois vraiment, quelque chose qui m’a aidé à atteindre ce stade de ma carrière. J’espère donc pouvoir continuer à faire ça ».

C’est la troisième équipe de Stauskas en quatre ans tout comme Okafor. Et comme lui il n’a jouer que 45 minutes en six matchs cette saison alors qu’il sortait de sa meilleure saison, avec une moyenne de 9,5 points en 80 matchs dont 27 départs dans le 5 majeur en shootant à 36,8% à 3PT. Stauskas s’est vu sortir du cinq pour une raison évidente : les 76ers ont signé J.J. Redick pour un an à 23 millions de dollars. Une arrivée qui l’a beaucoup blessé.

« Je pense que nous étions tous deux très excités. Surtout Jahlil d’ailleurs. Il avait beaucoup souffert ces deux dernières années et il avait demandé à être échangé. Donc je sais qu’il est très heureux d’avoir cette nouvelle chance de prouver qu’il peut jouer en NBA. Pour ma part, je me suis heurté à un mur cette saison… je jouais déjà peu et au cours du dernier mois, j’ai eu affaire à une blessure qui m’a sorti de la rotation. Pour moi aussi cette arrivée à Brooklyn est une bonne occasion d’avoir un nouveau départ dans la ligue ».

Ici à Brooklyn, Stauskas sait qu’il va devoir se battre pour avoir des minutes puisque les Nets ont déjà deux shooteurs à trois points avec Allen Crabbe et Joe Harris. Deux jeunes joueurs comme lui : Crabbe a 25 ans et Harris 26 ans, mais il n’est pas inquiet.

« En NBA ce sont les meilleurs joueurs du monde, donc je pense que peu importe où vous finissez, vous serrez toujours en concurrence avec quelqu’un de talentueux et plus tôt vous avez compris ça plus facile se sera pour vous. Ici les gars sont très talentueux et je pense aussi à D’Angelo Russell et Jeremy Lin, qui sont blessés actuellement mais qui sont deux super joueurs. Une chose est sûr, je vais bosser dur chaque jour pour le faire ma place dans cette équipe ».

Source : Nets Daily


Mon histoire d'amour avec les Nets a commencé à New-Jersey au début des années 2000 et s'est poursuivie à Brooklyn. J'ai créé Brooklyn Nets France pour partager ma passion pour la meilleure franchise de NY.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici