Marcus Smart a admis lundi à ESPN qu’il y avait eu beaucoup de bouleversements dans les vestiaires des Celtics la saison dernière. Mais le 6ème homme s’est montré très clair concernant son ancien coéquipier. Pour lui, Kyrie Irving ne devrait pas être le bouc émissaire de la mauvaise saison des C’s.

Boston nourrissait de grandes ambitions la saison dernière, mais au lieu de ça, ils n’ont remporté « que » 49 matchs et sont sortis au 2ème tour des Playoffs. Depuis, Kyrie Irving mais aussi Al Horford, Aron Baynes, Marcus Morris et Terry Rozier ont quitté Beantown.

Si le nouveau meneur des Nets est vite devenu un bouc émissaire aux yeux des fans et des médias, Smart a déclaré sans citer de noms qu’il y en avait d’autres au-delà d’Irving qui devraient selon lui partager le blâme.

Je comprends les raisons pour lesquelles Kyrie n’était pas à la hauteur de ce qu’on attend habituellement de lui. Mais il y a quatre autres gars sur le terrain. Il y a tout un effectif et tout un staff derrière cela. Tout le monde a joué un rôle là-dedans.

Quand on lui a demandé comment il voyait personnellement Irving, Smart a félicité son ancien coéquipier, en expliquant comment Irving l’avait aidé à traverser le décès de sa mère à la suite d’un cancer, en septembre dernier.

« Personnellement, parce que je ne peux pas parler pour d’autres gars… Kyrie est un excellent coéquipier. J’ai parlé avec Kyrie dans des moments où les choses n’allaient pas très bien pour moi et il m’a aidé. Ce n’était même pas vraiment une question de basket. Tout le monde sait ce que j’ai vécu avec ma mère, le cancer, son décès. Kyrie est l’un des premiers gars à m’avoir envoyé un texto, à m’avoir appelé pour savoir comment j’allais. De retour à Boston, il m’a pris à part et nous avons discuté. Et en ce qui concerne le basketball, il m’a aidé à ralentir le jeu et à le comprendre davantage.»

Les commentaires de Smart sur la nature complexe de la chimie des vestiaires de l’an dernier reflètent ceux de Jackie MacMullan. Si la journaliste ne blâmait pas que Kyrie Irving pour elle, il avait tout de même une « vision déformée du fonctionnement du succès et du travail d’équipe ».

Comme dans tout échec, Kyrie Irving avait, on s’en doute une part de responsabilité. Mais petit à petit, les langes se délient et on sent que le malaise était bien profond au sein de l’effectif de Brad Stevens. Une chose est sûre, Kyrie est désormais à Brooklyn et semble prêt à relever le troisième défi de sa carrière chez lui à New York.

Soutenez Brooklyn Nets France gratuitement et en 30 secondes grâce à UTip


Mon histoire d'amour avec les Nets a commencé à New-Jersey au début des années 2000 et s'est poursuivie à Brooklyn. J'ai créé Brooklyn Nets France pour partager ma passion pour la meilleure franchise de NY.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici