La fin d’année 2019 approche, et avec elle, la fin d’une décennie bien mouvementée pour les Nets. L’occasion de revenir sur les 5 événements qui ont marqué une décénnie de Nets entre New Jersey et Brooklyn.

Mai 2010 : Le rachat des Nets par Prokhorov

En mai 2010, Mikhail Prokhorov rachète les Nets à Bruce Ratner pour la modique somme de 200 millions de dollars. A l’époque le milliardaire russe est le plus riche propriétaire sportif de la planète et souhaite donner une nouvelle vie au Nets. Il finance la construction d’une  nouvelle salle, dans le quartier de Brooklyn, un projet qui lui coûte pas moins de 700 millions de dollars.. Quelques jours seulement après le rachat de l’équipe, Prokhorov tient une conférence de presse sur l’avenir de l’équipe, après que les Nets aient perdu le choix numéro 1 de la Draft au profit des Wizards, dans laquelle il promet un titre dans les 5 années à suivre. La suite on la connaît tous…

Avril 2012 : Le déménagement à Brooklyn

Les Nets quittent le New Jersey et déménagent pour Brooklyn le 30 avril 2012. La franchise jouera dans sa toute nouvelle salle du Barclays Center. Mikhail Prokhorov, annonce que l’équipe changerait son nom une fois installée à Brooklyn et c’est Jay-Z, alors actionnaire minoritaire qui annonce que la franchise s’appellera désormais les Brooklyn Nets. Avec le retour de la franchise à New York, la « grosse pomme » et Los Angeles sont les deux seules villes à accueillir deux équipes NBA. Pour marquer leur retour à New York, les Nets changent d’identité visuelle, avec un nouveau logo et de nouvelles couleurs. Un changement pas forcément bien accueilli par les fans mais un coup marketing énorme pour marquer l’arrivée de l’équipe à Brooklyn.

27 Juin 2013 : le pire trade de l’histoire de la NBA ?

Alors que la franchise tente de créer une équipe remplie d’étoiles pour rivaliser avec le Heat de LeBron, Wade et Bosh, les Nets acquièrent Kevin Garnett, Paul Pierce et Jason Terry en provenance de Boston. L’objectif de ce trade est de constituer un 5 majeur XXL avec Deron Williams, Joe Johnson et Brook Lopez. Des noms qui font rêver vu le palmarès et le talent des joueurs obtenus. Le tout coaché par Jason Kidd. Une ambition qui coûte cher puisque les Nets doivent renoncer à leur first pick 2014, 2016 et 2018. Les Nets passent ainsi à côté de Jaylen Brown et Jayson Tatum.

Comme la cerise sur le gâteau, cette équipe incroyable sur le papier ne fera pas mieux qu’une demi-finale de conférence après avoir sorti les Raptors en 7 matchs. Paul Pierce quittera les Nets à la suite de cette saison libre et Kevin Garnett lèvera sa no-trade clause pour retrourner à Minnesota la saison suivante. Au total, les Nets ont dépensé 197 millions de dollars en salaires et taxes au cours de la saison 2013-2014 pour un bilan de 44 victoires, une élimination en demi-finale de conférence face à Miami (4-1) et des années de purgatoire dans les bas fond de la conférence Est.

Février 2016 : Les arrivées de Marks et Atkinson

Au fond du gouffre, les Nets ouvrent en 2016 leur nouveau centre d’entrainement, le HSS Training Center, et engagent Sean Marks en tant que GM à la place de Billy King. Ancien directeur général adjoint des Spurs, la nomination de Marks laisse sceptique de nombreux observateurs. Mais comme on le sait, le temps à donner tort à beaucoup de monde.

Marks engage dans la foulée l’entraîneur adjoint des Hawks, Kenny Atkinson en remplacement de Lionel Hollins. Après huit coachs en sept ans, Atkinson arrive dans une équipe très faible mais montre dès son arrivée des principes de jeu très intéressant. Néanmoins, la saison 2016-2017 est catastrophique pour les Nets qui ne gagnent que 20 matchs pour 62 défaites… L’équipe s’améliore la saison suivante en gagnant 28 matchs puis 42 lors de la saison 2018-2019 lors de laquelle les Nets de D’Angelo Russell retrouvent les Playoffs pour la première fois depuis 2015.

1er juillet 2019 : « Brooklyn is making a clean sweep »

Après un 1er tour de playoffs perdu contre les 76ers, l’intersaison 2019 s’annonce excitante du côté de Brooklyn. Disposant de plus de 60M de salary cap, tous les espoirs sont permis pour Sean Marks qui rêvent depuis son arrivée de faire venir une star à Brooklyn. Le 1er juillet 2019 avant même le début de la Free Agency, Adrian Wojnarowski annonce que Kevin Durant a choisi de s’engager à Brooklyn. Quelques minutes plus tard, ce même Woj annonce que Kyrie Irving et DeAndre Jordan viennent compléter le « clean sweep » des Nets qui frappent fort en signant les 3 joueurs convoités par le voisin de Manhattan.

Pour cela il aura fallu renoncer à la star montante qu’est D’Angelo Russell, mais Brooklyn rêve plus grand et se pose désormais comme un candidat sérieux au titre une fois le retour de KD acté. Qu’on le veuille ou non, Sean Marks a réussi en l’espace de trois saisons à ramener les Nets des enfers vers les sommets de la NBA.