À l’aube d’une nouvelle décennie pleine d’espoir pour les Nets, il est temps pour la Team de Brooklyn Nets France de jeter un coup d’oeil dans le rétro. 10 années passées entre New Jersey et Brooklyn et énormément de joueurs à avoir porté les couleurs de notre équipe. On vous livre aujourd’hui notre 5 majeur des années 2010.

Meneur : Deron Williams – 5 saisons – 277 matchs

D-Will débarque à New Jersey lors de la saison 2010-2011 en échange de Devin Harris et Derrick Favors. Ses débuts sont excellents avec 47 assists sur ses trois premiers matchs avec les Nets. Parti en Turquie lors du lockout 2011, Deron Williams revient ensuite dans le New Jersey. Pour sa 2ème saison, il plante 57 points sur la tête du rookie Kemba Walker. Re-signé pour 100 Millions sur 5 ans en 2012, il sera deux fois All-Star avec les Nets mais ne retrouvera jamais le niveau qui était le sien à Utah. Son duo avec Joe Johnson régale les fans des Nets mais le meneur est fragile et souvent blessé. Malgré tout, il amènera les Nets en demi-finale de conférence mais échouera contre le Miami Heat de LeBron et DWade en 2014. Il demandera à être coupé en 2016 pour rejoindre Dallas après 5 saisons et demi en dents de scie.

Arrière : Spencer Dinwiddie – 4 saisons – 337 matchs

Certains d’entre vous mettent peut-être d’autres joueurs à côté de Deron Williams. Ce serait néanmoins sous-estimer le début de carrière de Spencer Dinwiddie. Arrivé sur la pointe des pieds alors qu’il évoluait en G-League et que les fans lui préférait Yogi Ferrell, Dinwiddie a su s’imposer comme un élément important de l’effectif. Back-up successif de Jeremy Lin, D’Angelo Russell et désormais de Kyrie Irving, il a toujours remplacé avec brio ces starters quand ceux-ci étaient blessés. S’il agace parfois par ses réactions après chaque drive, Dinwiddie à offert de nombreux game winner et action de classe aux fans des Nets. Il a aussi remporté le Skills Challenge 2018 et fini sur le podium du 6th MOTY la saison passée. Enfin, il est le recordman du nombre de match à au moins 20 points en sortie de banc chez les Nets.

Autant de raisons qui nous font dire que celui qui a créé sa propre marque de chaussure mérite largement sa place dans le cinq de cette décennie.

Ailier : Joe Johnson – 4 saisons – 288 matchs

Joe Johnson, aka Joe Jesus, Iso Joe ou Mister Clutch… en voilà un qui aura mouillé le maillot lors de son passage à Brooklyn. Arrivé d’Atlanta dans le premier trade de l’histoire des Nets à Brooklyn, l’arrière ailier aura souvent porté les Nets sur ses épaules lors de fins de matchs difficiles. All-Star en 2014 et présent au concours à 3 points la même année, Joe Johnson va trois fois en playoffs avec les Nets et affiche plus de 18 points de moyenne à 52% au shoot. Malgré son rendement, il aura longtemps été critiqué pour son imposant contrat. 24M/an, soit un des contrats les plus imposant de l’époque. Autant qu’un Kobe Bryant et plus cher qu’un LeBron James… Malgré l’échec de la « Dream Team » avec Pierce et Garnett, Joe Johnson est un professionnel modèle et donne tout ce qu’il a sur le parquet. Il sera coupé après discussion avec Sean Marks fraîchement débarqué et rejoindra le Heat pour jouer les Playoffs. Plus récemment, il a remporté la BIG3 et a été élu MVP de la ligue.

Ailier-Fort : Rondae Hollis-Jefferson – 3 saisons – 234 matchs

Sélectionné avec le 23ème choix de la Draft 2015, Rondae Hollis-Jefferson symbolise à lui seul le retour des Nets sur le devant de la scène. Joueur exemplaire, il se blesse lors de sa première saison après des débuts encourageants. Ailier puissant et athlétique, son manque de shoot extérieur ne l’empêche pas d’avoir un rôle à Brooklyn. A son arrivée, Kenny Atkinson compte sur lui et le repositionne rapidement poste 4 pour masquer sa faiblesse au shoot. Défenseur inépuisable, celui qui se surnomme CHAP pour « Calme, Humble And Patient » joue moins la saison passée mais cela ne l’empêche pas de performer quand son coach fait appel à lui. C’est le cas lors du come back contre Sacramento où il inscrit le game winner. Il était jusqu’à son départ le capitaine du vestiaire et le dernier joueur de l’ère post « Markinson ».

Pivot : Brook Lopez – 8 saisons – 562 matchs

Qui d’autre que Brook Lopez pour occuper le poste de pivot de cette équipe ? Drafté en 2009, le grand Brook aura passé 9 saisons chez les Nets dont 8 durant cette décennie. Certes, il aura souvent été blessé (2 saisons à moins de 20 matchs) mais le gaillard a marqué l’histoire des Nets dont il est le meilleur marqueur all-time avec 10.444 points. Joueur au poste avec une palette de moves assez complète en début de carrière et très bon contreur, il a su faire évoluer son jeu pour devenir un excellent shooteur à 3 points. Fidèle aux Nets dans les bons comme dans les mauvais moments, il aura finalement été tradé à un an de la fin de son contrat aux Lakers contre D’Angelo Russell et Timofeï Mozgov.

Evidement, nous ne pouvons pas nous arrêter à ces 5 joueurs là et oublier les autres.  On pense notamment à D’Angelo Russell, DeMarre Carroll ou un peu plus loin dans nos mémoires à Kris Humphries, Shaun Livingston, Bojan Bogdanovic et même Paul Pierce dont le passage à Brooklyn nous aura laissé quelques bons souvenirs.

Alors, d’accord ? Pas d’accord ? Vous auriez mis qui dans votre 5 majeur de la décennie ?


Mon histoire d'amour avec les Nets a commencé à New-Jersey au début des années 2000 et s'est poursuivie à Brooklyn. J'ai créé Brooklyn Nets France pour partager ma passion pour la meilleure franchise de NY.