Après un Game 4 très disputé mais surtout très frustrant au Barclays Center, les Nets se rendaient de nouveau dans Pennsylvanie au pied du mur, dans l’obligation de gagner pour faire durer un peu cette superbe saison. Pas de miracle cependant, et une triste défaite qui ne changera en rien le sentiment laissé par cette équipe pendant plus de sept mois.

Toujours sans Allen Crabbe, mais aussi et surtout sans Ed Davis, les Nets jouaient donc ce mardi soir leur dernier match de la saison. Une rencontre dominée de la tête et des épaules par une solide équipe de Philadelphie, qui a très vite creusé l’écart. Un premier quart-temps plus que compliqué pour D’Lo et ses coéquipiers rapidement menés 0-14 après seulement 6 minutes de jeu. Joel Embiid commençait (ou terminait, c’est selon) son oeuvre de destruction dans la raquette des Nets. Un pourcentage au shoot horrible, le coeur toujours à ce cruel Game 4, Brooklyn terminait ce premier acte avec déjà 17 points de retard (15-32).

Même si un soubresaut a permis d’entretenir un maigre espoir avec notamment un bon Caris LeVert, l’écart continuait de se creuser au fil des minutes avec une avance de 29 points à la mi-temps pour les Sixers qui ont dès lors activé le mode gestion. Kenny Atkinson a bien tenté de résister avant de se rendre à l’évidence. Hollis-Jefferson (21 points, 2 rebonds), Napier (11 points, 10 assists en 15 minutes), Kurucs (14 points, 7 rebonds en 14 minutes), Graham, Musa ou même Pinson ont alors profité des quelques minutes sur le terrain pour s’illustrer et s’éclater une dernière fois avant les vacances. Le résultat est sans appel : défaite de 22 points (100-122), un Joël Embiid injouable (23 points, 13 rebonds en seulement 20 minutes) et une équipe de Philadephie au-dessus.

L’homme du match : Caris pour terminer !

CarisTitulaire au poste 2, l’arrière a volé une nouvelle fois la vedette à Russell offensivement. 18 points, 3 rebonds et 4 assists en 31 minutes. Pas de fioritures, pas de moves incroyables, mais une prestation tranquille dans un match compliqué. Et quand on sait d’où il revient, ces performances tout au long de la série sont véritablement à souligner !

Les Tops/Flops :

  • L’attitude des joueurs qui, même dépassés, ont joué le jeu jusqu’au bout et ont véritablement respecté le maillot.
  • L’entame de match qui a condamné les Nets. On aurait aimé un peu de combativité pour le dernier match et vibrer un peu plus.
  • Le pourcentage au shoot assez faible (38%). Brooklyn n’est jamais rentré dans ce match et c’est dommage.

Soutenez nous GRATUITEMENT avec U-Tip


Mon histoire d'amour avec les Nets a commencé à New-Jersey au début des années 2000 et s'est poursuivie à Brooklyn. J'ai créé Brooklyn Nets France pour partager ma passion pour la meilleure franchise de NY.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici