Sean Marks et Kenny Atkinson ont tenu une conférence de presse devant un groupe de journalistes à une semaine du Media Day officielle de la franchise. Avant ça ? Beaucoup de chose ont été dites, beaucoup de choses ont changé depuis leurs arrivées l’année dernière, mais le ton et l’attitude du GM et du coach n’ont eux pas changé. Progresser encore et toujours, voilà le mot d’ordre pour « Markinson ».

On vous propose de revenir sur les points les plus important de cette première conférence de presse de la saison 2017/2018 avec notre Top 10 des sujets abordés.

1. Sean Marks continue de calmer les attentes, malgré l’ajout de talent.

« Je pense que vous devez être prudent avec cela car, comme nous l’avons vu l’année dernière, une blessure majeure peut bouleverser tous nos plans. Pour nous, il va s’agir cette année de d’être constant tout au long de l’année et voir ce qui se passe. Bien sur je suis un grand bâtisseur du développement de la francise et le gars à côté de moi (Kenny Atkinson), sait ce qu’il fait. L’an dernier tout les gars ont progressé tout au cours de l’année, et quand vous voyez des gars qui progressent comme ils l’ont fait cela vous rend enthousiaste et vous conforte dans l’idée que notre projet est cohérent. »

2. Il n’y a pas de «Franchise Player» à Brooklyn. Tout le monde tire sa force dans une culture axée sur l’équipe.

« Ce n’est pas quelque chose qui nous intéresse.. » a déclaré Marks. « Que ce soit Kenny ou moi même nous n’allons pas dire à Jeremy ou à D’Angelo « maintenant tu es le franchise player de l’équipe.. » Nous ne ferons pas cela. C’est quelque chose qui, finalement, appartient aux fans ou même aux médias.

Ici nous préférons parler d’une équipe. C’est comme ça que nous souhaitons fonctionner. Ici on veut jouer un basket-ball d’équipe et on souhaite que l’équipe passe avant tout. Il n’y a aucun gars pour qui les attentes ou les règles s’appliquent différemment. C’est notre leitmotiv et je pense que les gens apprécient cela.

Vous savez nous venons tous les deux d’une franchise (Les Spurs) où tout le monde savait que c’était l’équipe de Tim Duncan, mais aussi grand que soit Timmy il a été traité exactement comme a pu l’être Rasho Nesterovic ou des joueurs moins important. Nos attentes sont les mêmes pour chacun des joueurs de l’effectif, et je pense que les gars aime  ça. »

3. D’Angelo Russell et Jeremy Lin coexisteront et partageront le temps au point de garde.

« Je crois vraiment que nous pouvons réussir a faire fonctionner ce duo. », a déclaré Kenny Atkinson. « Ils vont jouer ensemble. Vois savez un match dure 48 minutes.

Je pense que si vous poser l’équation sur une feuille, vous allez vous rendre compte qu’ils vont tout les deux jouer meneur, d’autant plus que l’une des forces de Jeremy et de D’Angelo dans cette ligue c’est de pouvoir jouer arrière. »

4. Isaiah Whitehead aura sa chance derrière Lin et Russell à Brooklyn.

« Il doit faire face à une grosse concurrence. Il va devoir se montrer pour obtenir des minutes mais vous savez, je pensais qu’Isaiah nous a montré qu’il avait du talent l’an dernier, avec moove absolument géniaux. Je crois vraiment en lui. » a déclaré Kenny Atkinson

5. Les filets apprécient DeMarre Carroll plus qu’on ne pouvait le penser.

Sean Marks « Bien sûr c’est un plaisir d’avoir un gars comme lui ici ! DeMarre été dans une équipe à plus de 60 victoire il y a encore 3 ou 4 ans, et on sait ce qu’il produisait là-bas. On connaît aussi son tempérament, c’est un gagnant il n’est pas venu ici pour perdre toute la saison. On sait qu’il responsabilisera les gars, il sera un relais privilégié pour Kenny au vu de leurs passé commun. Kenny n’aura pas peur de le mettre devant ses responsabilités et il pourra être dur avec DeMarre et c’est que ce DeMarre attend de Kenny. Cela permettra aussi à Kenny d’être comme ça avec son groupe. »

6. Ça bosse déjà sur la défense D’Lo mais ce n’est pas tout..

« Il est heureux d’être ici mais il sait qu’il doit s’améliorer. Nous avons axé son développement sur plusieurs points de son jeu et notamment la défense. C’est un joueur complet. Nous savons tous qu’il rend les autres meilleurs. Il a un Q.I Basket élevé. Maintenant, arrivera-t’il a le mettre de suite en application avec un nouveau des gars avec qui il n’a encore jamais joué ? Vont-il être capable de développer une confiance les uns envers les autres ? Comment Caris et lui vont-il se trouver sur le parquet ? Comment Jeremy et D’Angelo vont-il s’entendre sur le terrain ? Trevor Booker et D’Angelo ? C’est la même question avec tout les joueurs.. À quelle vitesse assimilera-t-il leurs tendances et où ils aiment recevoir balle ? Le leadership? Il travaille déjà dessus. »

7. La G-League sera certainement utilisée pour certains gars.

Kenny Atkinson « Je pense qu’il y aura plein d’opportunités pour développer l’ensemble de l’effectif. Pour certains d’entre eux nous utiliserons notre équipe G-League. La saison est longue donc il y aura beaucoup d’opportunités. Je pense que nous avons un plan en place. Évidemment, nous avons des gars qui vont jouer beaucoup en NBA, mais pour certains d’entre eux, ils devront obtenir du temps de jeu et si ce n’est pas assez le cas en NBA alors la G-League est une bonne opportunité de les faire progresser. »

Sean Marks « Je pense que la G-League si vous utilisez de façon stratégique, qu’il s’agisse de Jarrett (Allen) ou de qui que ce soit, permet à chaque joueur d’obtenir des minutes et donc de progresser. Et c’est comme ça que certains de nos gars vont se développer. Il est difficile de développer les gars une fois que vous avez réellement commencer la  saison sur des entraînements d’une heure ici et là, et des séances de tir de 20 minutes avant les matchs alors que vous ne jouerez peut-être pas du match. Je pense donc que nous essaierons d’utiliser stratégiquement la G-League. C’est notre proximité en termes de développement et ça autant que possible. »

8. Ils sont très élevés chez le novice Jarret Allen.

Kenny Atkinson « Nous sommes ravis par la draft de Jarrett Allen, je crois en lui et je pense qu’il deviendra vraiment un bon joueur. Je pense que nous avons accueilli un gars avec une capacité athlétique  assez impressionnante. La vitesse avec laquelle il traverse le terrain, la vitesse de déplacement de ses pieds en défense, la manière dont il se déplace. Nous parlons d’un homme 5 moderne dans cette ligue. Il correspond bien à ce que nous voulions d’ailleurs avant la draft j’avais été dérangé Sean en lui demandant si on pouvait avoir ce genre de joueur dans notre effectif. »

« Écoutez, je ne vais pas le comparé à Kareem Abdul-Jabbar immédiatement, mais une chose est sur je suis vraiment impressionné par que je vois de lui chaque jour. Une dernière chose à propos de lui, j’aime son comportement, c’est un gars tranquille et compétitif et nous sommes ravis de son arrivée chez nous. »

9. Atkinson et Marks ont besoin l’un de l’autre pour faire avancer le navire dans la bonne direction.

Atkinson « Je m’appuie tout le temps sur Sean. D’ailleurs je dirais que nous sommes deux gars plutôt positifs. Nous essayons de voir les choses de façon positive. Sean m’aide beaucoup à relativiser, surtout après les matchs. Je m’appuie beaucoup sur lui car il a une vision positive et l’ambiance est toujours positive entre lui et moi. Cela a été d’un grand soutient pour moi l’an dernier à titre personnel. »

« Il est formidable de pouvoir aller dans son bureau après une grosse défaite ou qu’un joueur ne joue pas comme il le devrait. Et là son discours c’est : Comment allons-nous trouver une solution en tant que groupe ? Et il me donne des idées tout le temps. »

Marks « Il est crucial que le GM et son entraîneur soient sur la même longueur d’onde. Le réconfort et la positivité sont nécessaires, surtout lorsque vous êtes dans une situation comme Kenny Atkinson. Notre mode de fonctionnement c’est d’être souvent dans le bureau de l’un ou de l’autre. Je ne sais pas si nous n’allons pas finir par faire bureau commun, mais je pense qu’il est important que nous sachions que nos portes sont ouvertes l’une à l’autre et que Kenny peut y venir et discuter de ce qu’il a en tête ou simplement d’émettre des idées.  Je pense c’est une chance d’être avec des mecs qui connaissent le basket, qui sont des puristes qui aime le vraiment le jeu comme. Kenny c’est le genre de gars à venir me voir pour me dire qu’il à regarder un match universitaire et qu’il a vu un jeune intéressant ou qu’il vient me demander mon avis sur notre prochain adversaire par exemple. Il part du principe qu’on a tous un point de vue different mais que c’est important d’écouter les autres. »

10. Aucun regrets vis a vis des choix passé mais un duo tourné vers le futur.

Marks « Si vous ne m’aviez pas dit où ce choix était allé, je ne l’aurais pas su.. Il me semble que ce n’est pas notre choix, n’est-ce pas ? Donc, si je devais me concentrer sur ce qui aurait pu arriver, je pense que je ne serais même pas là et Kenny non plus ne serait pas là. Aujourd’hui notre objectif est de savoir ce que nous avons devant nous et de faire les bons choix, avec les 15 gars qu’on a eux choisi. Ça ne serait pas leurs  rendre service si j’étais concentré sur ce que Boston a fait avec nos pick ou ce que Cleveland va faire avec celui de 2019. Nous sommes tourné uniquement sur les gars présents et ils apprécient cela. »

Aucun séisme n’a eu lieu a Brooklyn, et aucune information sur le futur 5 majeur n’a été dévoilé par Atkinson qui a quand même avoué avoir sa « petite idée en tête», il n’a pas non plus été question des rôles qui seront assigné aux joueurs. Marks et Atkinson sont ensemble et semble avoir une vision commune pour la franchise. On se souvient qu’il était venu ensemble il y a un an de ça et sans aucune expérience mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. Ils ont construit leur relation sur la confiance, a tels points qu’ils semblaient proches de terminer les réponses l’un de l’autre.

Tout le monde s’attend à une saison intéressante de l’autre côté du fameux Brooklyn Bridge, et même Marks et Atkinson apprécient que les joueurs parlent de Playoffs et aient une vision optimiste de la saison à venir aucun des deux hommes fort de la franchise ne s’engagera dans ce genre de discours. Leur seul et unique objectif reste le développement des joueurs présent et l’avenir de la franchise.


Mon histoire d'amour avec les Nets a commencé à New-Jersey au début des années 2000 et s'est poursuivie à Brooklyn. J'ai créé Brooklyn Nets France pour partager ma passion pour la meilleure franchise de NY.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici