Orlando Magic 110 – 114 Brooklyn Nets

(25-26 / 31-30 / 30-35 / 24-25)

  • Cinq de départ des Nets : D’Angelo Russell – Joe Harris – Rodion Kurucs – Treveon Graham – Jarrett Allen
  • Cinq de départ du Magic : D.J Augustin – Evan Fournier – Jonathan Isaac – Aaron Gordon – Nikola Vucevic

LES ABSENTS :

Caris LeVert (cheville) – Allen Crabbe (genou) – Jared Dudley (ischio)

LE DÉROULÉ DU MATCH :

Les Nets marchent sur l’eau. Sur le mois de janvier, leur bilan s’élève à 8 victoires pour seulement deux défaites. Brooklyn est revenu dans la course aux playoffs et se classe 6e de la conférence Est avant le début de cette rencontre.

Le début de match est loin d’être idéal pour les Nets qui commencent avec un retard de 8 points. C’est Fournier qui se charge de défendre sur l’homme chaud du moment : D’Angelo Russell. Le génial meneur des Nets emboîte le pas de Joe Harris pour scorer de loin et enflammer le Barclays Center et surtout le banc de Brooklyn. Ce sont ces mêmes Nets qui prennent le contrôle du match. Avec autorité, D’Lo et sa bande conservent l’avantage et terminent le 1er QT devant.

Diaboliques à 3PTS, les hommes de Kenny Atkinson artillent d’abord avec Carroll puis avec Russell. En confiance, à l’inverse d’Orlando à la peine au shoot, Brooklyn régale. A l’image d’un Rodions Kurucs qui enchaîne coast-to-coast puis dunk rageur sur l’action d’après. L’écart grimpe. Jusqu’à 10 points grâce à Dinwiddie (32-42). Le rythme du match redescend légèrement et c’est Orlando qui en profite. Après un cross assez sale, DJ Augustin obtient et converti trois lancers qui remettent le Magic dans le sens de la marche. Duel de meneur puisque face à lui c’est… Dinwiddie qui fait le boulot, en attaquant le cercle et en provoquant des fautes (14 points en 1er MT). Egalité à la mi-temps.

Au retour des vestiaires, personne n’arrive à prendre le pas sur l’autre et les deux équipes se rendent coups pour coups. Encore une fois c’est D’Angelo Russell qui se dégage comme le leader de cette 1st-unit. Tirs à trois points, shoots mi-distance, interceptions malignes, passes décisives… D’Lo sait tout faire ! Mais Orlando s’accroche avec une défense plus agressive sur l’homme. Résultat, les Nets ont du mal à prendre de l’avance et restent sous la menace du Magic.

A peine sortie de l’infirmerie, Rondae Hollis-Jefferson se blesse au bras gauche sur un contact anodin au rebond. Retour au vestiaire immédiat pour Chap. Coup dur pour le joueur qui laisse ses coéquipiers, en difficulté face à une équipe d’Orlando en forme. Une stat fait mal côté Nets : 13 tirs à 3PTS loupés de suite ! et ce malgré des shoots ouverts. C’est pourtant deux tirs « from downtown » de Dinwiddie et Russell qui donnent un peu d’air à Brooklyn avant le dernier acte (86-89).

Avec au total 58 points, c’est clairement dans la raquette que les Nets font le taf ce soir. Une nouvelle fois c’est Dinwiddie qui allume la mèche et joue le rôle du dynamiteur. Même à 4 fautes, coach Kenny est obligé de laisser l’artiste s’exprimer sur le parquet. En difficulté depuis la signature de son contrat, le numéro 8 des Nets reprend confiance. Et cela fait clairement du bien à Brooklyn qui peine à trouver des solutions offensives sur ce match. Un run de 7-0 place idéalement les coéquipiers de Russell pour le sprint final d’un match qui s’emballe : interceptions spectaculaires, gros contres, jeu en transition… le Barclays Center est debout !

C’est dans les deux dernières minutes que le match bascule. Deux minutes assez folles qui voient finalement Vucevic, pourtant très bon, pousser le ballon dans son propre panier à 30 secondes de la fin (106-111). Alors qu’on pense le match plié, Graham perd le ballon, obligeant Joe Harris à faire faute. Et voila Orlando à seulement 1 point à 20 secondes du terme. Kurucs à une première occasion de tuer les espoirs du Magic. Le rookie ne rentre qu’un seul lancer. Vucevic, encore lui, pense offrir une prolongation à son équipe sur l’action suivante mais le panier est refusé car le ballon n’a pas quitté le cercle au moment de la claquette. Comme un symbole, c’est l’excellent Russell qui boucle avec deux lancers la cinquième victoire de rang des Nets, avec qui plus est une jolie ligne de stats.

LE BOXSCORE :

Boxscore Magic.png

LES TOPS / FLOPS DU MATCH :

  • Le très bon match de Spencer Dinwiddie, qui s’est créé solo ses occasions et qui a bien fait puisqu’il termine meilleur marqueur de la rencontre ! (29 points)
  • Des stats qui font plaisir : 58 points « in the paint » qui prouve que Brooklyn n’est pas qu’une équipe de snipers & 52 points du bench qui prouve que Brooklyn est une équipe tout simplement.
  • Le sentiment qui se dégage de cette équipe au fil des matchs. Les Nets semblent bien plus sereins et sûrs de leur force.
  • Le petit trou d’air à 3 points qui aurait pu offrir le match à Orlando.
  • La blessure de RHJ. Touché au bras, le joueur est rentré directement au vestiaire.
  • Le jeu un peu brouillon de la 2ème mi-temps, heureusement sans conséquence.

L’IMAGE DU MATCH : La Pride Night à Brooklyn, avec Jason Collins !

dxo-bzhvyaepfwh

La franchise a célébré à sa manière la Pride Night et le 50e anniversaire des émeutes de Stonewall, symbolisant la lutte contre des personnes homosexuelles notamment. Toute une communication a été mise en place en marge de la rencontre et l’ancien Nets Jason Collins, premier joueur professionnel à faire son coming-out, est venu poser sur le parquet du Barclays Center

HOMME DU MATCH : D’Lo niveau All Star

D-loC’est lui une nouvelle fois qui a donné le tempo de cette rencontre et qui a été le métronome de son équipe. L’ancien joueur de la cité des anges sait tout faire et il l’a encore prouvé sur ce match. Kenny Atkinson le veut au All-Star Game, Jared Dudley aussi… et nous aussi ! Le triple double se rapproche…

  • 25 points (9/21 FG – 3/8 3PTS)
  • 10 assists
  • 7 rebonds
  • 2 steals
  • 33 minutes

Prochain match contre les New York Knicks vendredi 25 janvier  à 1h30 à domicile.


Mon histoire d'amour avec les Nets a commencé à New-Jersey au début des années 2000 et s'est poursuivie à Brooklyn. J'ai créé Brooklyn Nets France pour partager ma passion pour la meilleure franchise de NY.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici