Au fil des années, de nombreux joueurs sont passés les Knicks et les Nets. Pour vous rafraîchir la mémoire, Brooklyn Nets France vous dresse le Top 5 des joueurs a avoir défendu les couleurs des deux franchises de l’État de New York.

5# Keith Van Horn – L’espoir déchu

Joueur des Nets de 1997 à 2002, Keith est un peu un joueur à part. Une saison rookie folle à plus de 20 points de moyenne. Puis des productions qui ne feront que baisser au fil des années. Comparé à Larry Bird lors de son arrivée en NBA, il a aussi été la cover de NBA Jam 1999. C’est dire la hype que le bonhomme avait à l’époque. Tradé en 2002 à cause de ses stats en constante régression, il rejoindra les Knicks lors de la saison en 2003-2004. Membre important de l’équipe qui a atteint les Finales NBA, Keith a une place confortable dans l’histoire de la franchise.

#4 Kenyon Martin – La tête brulée

Kenyon Martin n’est pas connu pour être un monstre statistique. Mais l’ailier fort drafté en 2000 par les Nets est reconnu pour son rôle au sein du vestiaire. Véritable Energizer pour les équipes dans lesquelles il est passé, on a encore en mémoire ses alley-oops avec Kidd, tous plus hallucinants les uns que les autres. K-Mart était un joueur important dans le New Jersey qui manquait cruellement de rotation. Si l’on devait retenir une chose de lui, on garderait en mémoire son impact et son esprit sur et en dehors du terrain. Véritable taulier du vestiaire aussi bien chez les Nets que chez les Knicks, Martin a su se faire apprécier des fans de part sa personnalité et son engagement et sa place dans les vestiaires.

#3 Stephon Marbury – Le soliste

Né à Brooklyn, Stephon a laissé une empreinte indélébile sur la ville de New-York. Drafté en 1996 par les Bucks et envoyé dans la foulée à Minnesota, il atterrit à New Jersey en 1998. A cette époque, les Nets étaient en reconstruction. All-Star en 2001, il échouera tant bien que mal à emmener les Nets en Playoffs et sera tradé aux Suns la même année. Le meneur reviendra à New York lors de la saison 2003-2004. Mais quand Larry Brown arrive sur le banc des Knicks, le passage Stephon Marbury à New-York vire au cauchemar. Le meneur ne s’imposera jamais chez les Knicks et son attitude sera très critiquée lors de sa mise sur le banc. Il quittera New-York après 4 saison pour une dernière pige à Boston avant de rejoindre la Chine ou il jouera jusqu’à l’âge de 40 ans.

#2 Bernard King – L’éphémère 

Si les joueurs précédents ont marqué l’histoire de Nets il y en a bien un qui a marqué celle des Knicks. Joueur de 1982 à 1987, Bernard King est considéré comme une légende par les fans. Natif de Brooklyn et drafté par les Nets en 1997, Bernard est tradé 2 ans plus tard au Jazz pour des problèmes d’alcool. À l’été 1982, il est envoyé par les Warriors aux Knicks. Pour sa première saison en orange et bleu, Bernard King se sublime. Au premier tour des Playoffs, il fait tomber au premier tour et à lui seul (à 42 points de moyenne sur la série) les Pistons d’Isiah Thomas, pousse les Celtics de Larry Bird jusqu’au Game 7 avant d’être éliminé. Pour le soir de Noël 1984, King plante 60 points à 19/30 sur la tête…des Nets. Il prendra sa retraite après une dernière saison chez les Nets en 1992-1993.

#1 Jason Kidd – L’excellence

Le numéro un de ce classement ne peut être que Jason Kidd. Passé par les Nets entre 2001-2008 en tant que joueur puis comme coach sur la saison 2013-2014. Jason Kidd est sans conteste le plus grand joueur de l’histoire de la franchise. Mais avant sa carrière de coach Jason Kidd décide de rejoindre les Knciks lors de la saison 2012-2013, pour tenter d’aller chercher un titre avec Melo et Tyson Chandler notamment. Inutile de rappeler ses épopées inoubliables en 2001 et 2002 qui le verra emmener les Nets en Finales NBA deux années de suite. Avant Kidd les Nets sortaient d’une saison à 26 victoires pour 56 défaites. Par son génie, il en aura fait une équipe en 50-32. Kidd verra son maillot retiré au Barclays Center et sera intronisé au Hall of Fame 2019.


Fan des Nets depuis le trade de Billy King. Bon, j'étais bête à l'époque mais je crois que le hasard fait bien les choses. Fan incontesté du grand et magnifique Spencer Dinwiddie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici